L'objectif est d'évaluer comment des drones peuvent augmenter la sûreté, la sécurité et l'efficience des opérations aéroportuaires. Deux journées de test sont prévues pour examiner les possibilités et les procédures opérationnelles d'un drone de sécurité. 

Le test se fait en collaboration avec Citymesh, opérateur de drones. La particularité de l'engin éprouvé est de pouvoir être piloté à grande distance, via le réseau 5G de l'aéroport: pour le test, le pilote se trouvait ainsi à Bruges. Les simulations sont des rondes d'inspection et de surveillance du domaine aéroportuaire, l'intervention sur les lieux d'un incident aérien et des inspections visant les animaux présents sur l'aéroport qui peuvent représenter un danger pour l'atterrissage ou le décollage des avions. 
Un système de détection des drones est également testé, ces appareils n'étant normalement pas autorisés à survoler l'aéroport ou ses alentours. "Un drone égaré peut créer des situations particulièrement dangereuses pour le trafic aérien", soulignent Brussels Airport et skeyes.