Le Fonds a annoncé mardi que Lufthansa peut accepter les aides d'État de pays étrangers, en particulier celles de l'Autriche, de la Suisse et de la Belgique.

Le gouvernement fédéral belge et Lufthansa ont conclu un accord en juillet sur un plan de stabilisation de 460 millions d'euros pour Brussels Airlines. L'État belge accordera un prêt de 290 millions d'euros à la compagnie tandis que Lufthansa injectera 170 millions dans sa filiale.

En échange du prêt d'une durée de six ans, Lufthansa promet notamment de conserver la marque Brussels Airlines et de maintenir le siège social de l'entreprise en Belgique. La compagnie continuera aussi à opérer sous licence belge. L'État disposera également de deux sièges au conseil d'administration.

La Commission européenne doit encore valider le plan.