Le titre Pernod-Ricard affichait de loin la plus forte hausse du Cac 40 hier. La veille, le groupe de vins et spiritueux avait confirmé l'existence de discussions pour un rachat éventuel de son concurrent britannique Allied Domecq, en collaboration avec le groupe américain Fortune Brands. Un peu plus tôt dans la journée, Allied Domecq avait affirmé avoir été approché par Pernod-Ricard et l'américain Fortune Brands en vue d'une reprise. Pour Pernod Ricard, numéro 3 mondial du secteur, «il n'est pas possible d'affirmer à ce stade que ces contacts aboutiront à une opération de rachat. Une annonce plus précise sera faite selon le développement des discussions.»

Hier, à la Bourse de Paris, le titre Pernod-Ricard a clôturé en hausse de 3,36pc à 117 euros dans un marché en progression de 0,47pc. Mardi, il avait fini en hausse de 5,11pc à 113,20 euros.

La maison de courtage Fideuram Wargny a relevé sa recommandation sur le titre Pernod-Ricard à «achat» contre «conserver» auparavant, saluant dans une note l'éventualité d'une telle reprise. «Pour Pernod, la possibilité d'un rachat d'Allied Domecq est une opportunité unique d'accéder à la position de deuxième acteur du secteur», a estimé la maison de courtage. «Aucun détail pour le moment, mais l'implication de Fortune Brands est une bonne nouvelle car elle améliore la visibilité sur le financement global de l'opération», estime CA Cheuvreux.

CM-CIC, du même avis que les deux premières maisons de courtage, ajoute que Pernod-Ricard est «en position de force pour reprendre les marques les plus attractives» lors de cette acquisition. Il pourrait aussi «générer des synergies importantes en complétant idéalement son portefeuille et en se renforçant aux Etats-Unis tout en réduisant le coût de l'opération par rapport à un scénario stand alone», a ajouté CM-CIC.

© La Libre Belgique 2005