La fédération financière belge a récemment annoncé ses priorités suite à la crise. Son objectif est de restaurer la confiance des clients des banques (LLB 9/9). Il est aussi question de "développer son programme Éducation et aptitudes financières". Mais pour l’instant, ce projet n’est qu’au stade des discussions, notamment avec la CBFA (Commission bancaire, financière et des assurances). "Celle-ci avait réalisé une consultation officielle sur l’éducation financière, dont les résultats n’ont jamais été publiés", indique Bernard Bayot, du Réseau financement alternatif. "Une note a été déposée au gouvernement mais n’a donné lieu à aucune suite." L’initiative des associations chapeautées par le Réseau financement alternatif a l’avantage de pouvoir être concrétisée bien plus rapidement. Et en concurrence avec d’éventuelles initiatives dans le monde financier ? "Nous n’avons aucun problème qui empêcherait de collaborer ou de créer des synergies avec l’un ou l’autre acteurs de la finance", répond Bernard Bayot. "Mais est-ce le rôle du monde financier de faire l’éducation financière des citoyens ?" L’une des craintes est que l’élévation des connaissances du public permette aux banques de se voir appliquer moins de contraintes.