L’assurance hospitalisation s’adapte

Entreprises & Start-up

Ph.G.

Publié le

Pour que leur activité hospitalisation revienne à la rentabilité, plusieurs compagnies d’assurances ont décidé de procéder à des adaptations tarifaires.

Il en va ainsi de DKV, leader dans ce secteur avec 72,90 pc de parts de marché. Les majorations des primes varieront de 5 à 9 pc, selon les types de polices souscrites. Cette adaptation entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2007. Elle ne concernera que les polices individuelles. Pour les contrats de groupe, rien ne change à l’heure actuelle.

Les adaptations seront échelonnées en fonction des dates d’échéance des contrats. Pas question donc de suppléments pour les primes payées avant le début de l’année prochaine.

Quoique… Ces primes subissent encore l’effet de la précédente hausse tarifaire, appliquée en 2006, qui s’élevait à 9 pc. “Nous ne faisons que répercuter l’évolution des coûts des soins en hôpital”, explique le porte-parole de DKV. “Or, ils grimpent chaque année de près de 10 pc.”

D’autres assureurs le concèdent : la tendance est clairement à la hausse des tarifs. C’est ainsi que Fortis a également décidé de relever ses tarifs en assurance hospitalisation. “C’est une adaptation liée à l’inflation”, assure son porte-parole. “Cette indexation représente une hausse oscillant entre 3 et 4,5 pc.” Cette adaptation sera effective à partir de la prochaine échéance contractuelle de 2007.

Chez Axa, on n’y va pas par quatre chemins : 14000 des 19000 polices hospitalisation individuelles de l’assureur verront les primes doubler. “Nous sommes déficitaires depuis longtemps sur ce segment où nous ne nous positionnons pas de façon prioritaire”, explique la porte-parole d’Axa. “Au gré des fusions et des acquisitions qu’a connues le groupe, nous avons hérité de ce portefeuille mais nous ne sommes pas du tout un joueur important dans ce secteur. Nous avons moins de 2 pc de parts de marché.”

Reste que, pour les assurés, la pilule est difficile à avaler. “Mais la prime moyenne culminait à 80 euros”, souligne la porte-parole. “L’augmentation la portera à 165 euros. De plus, le mouvement de hausse est plafonné à 100 pc de la prime. Pour 4000 de nos polices hospitalisation, la hausse sera de 25 pc.”

Les primes toujours plus chères s’expliquent d’abord par les coûts de plus en plus élevés dans les hôpitaux. Les progrès technologiques permettent de meilleurs traitements médicaux qui ont un prix. Les nouveaux outils de diagnostics alourdissent aussi l’addition. Par ailleurs, l’utilisation de prothèses, encore relativement rare il y a peu, se banalise. La facture de l’hôpital s’en ressent et les assureurs sont contraints de s’adapter.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous