L'Europe part à l'assaut du «.com». On en parle depuis dix ans, mais cette fois, le lancement des noms de domaine en «.eu» est imminent. La date exacte des premiers enregistrements n'est pas encore connue, mais cela devrait être aux alentours du 1er décembre.

Pour la Commission européenne, l'objectif est de donner une identité plus européenne à la Toile, et surtout de faire contrepoids aux très américains «.com». Il est vrai que ceux-ci représentent 46pc des 83 millions de noms de domaine enregistrés dans le monde. A titre de comparaison, on estime que l'ensemble des noms de domaine nationaux européens («.de», «.nl», «.fr», «.be»...) s'élèvent à 20 millions d'adresses, dont plus de 9 millions de «.de». Avec 458000 «.be», la Belgique se classe à une honorable sixième place en Europe, devant des pays comme la France, la Suède ou l'Espagne.

Vu ce succès, ce n'est pas étonnant que la Commission européenne ait choisi DNS.be, l'agence d'enregistrement des noms de domaines belges, pour gérer le nom de domaine «.eu» jusqu'en 2010. La société belge s'est alliée pour ce faire aux agences d'enregistrement italienne et suédoise. A trois, elles ont créé une nouvelle structure, baptisée Eurid. «Si cela a pris un certain temps de lancer le processus, c'est parce qu'il a fallu créer toutes les règles», explique Marc Van Wesemael, le directeur de DNS.be. «Dans une Europe à 25, chacun doit forcément faire des compromis.»

Foire d'empoigne

Il est vrai que l'attribution des «.eu» s'annonce comme une véritable foire d'empoigne, du moins dans un premier temps. Depuis le mois de juin, Eurid a accrédité quelque 450 bureaux d'enregistrement à travers l'Europe, afin de permettre aux entreprises et particuliers de pré-enregistrer leurs adresses «.eu». Le problème est que ces dernières seront attribuées définitivement selon le principe du «premier arrivé, premier servi». Autrement dit, le jour où le système sera lancé, les bureaux d'enregistrement vont littéralement inonder l'Eurid de demandes afin de pouvoir satisfaire un maximum de leurs clients.

Pour éviter que ce ne soit totalement le Far-West, l'Europe a mis quelques garde-fous. Pendant les deux premiers mois, la primeur reviendra aux marques déposées et aux organismes publics. Durant les deux mois qui suivent, ce sera au tour des noms de sociétés, des marques non déposées et des noms d'oeuvres d'art. C'est seulement après, soit au printemps, que les particuliers pourront eux aussi acheter leur «.eu».

A noter qu'on s'attend à ce qu'au moins 1 million d'adresses «.eu» soient enregistrées d'ici la fin 2006. Mais certains pensent que la croissance pourrait être bien plus rapide. Il est vrai que plus de 8,1 millions de noms de domaine ont été enregistrés dans le monde durant le seul deuxième trimestre 2005.

Avec lalibre.be réservez votre .eu

© La Libre Belgique 2005