"La Commission a l'obligation de vérifier que les aides très importantes apportées à Dexia s'accompagnent de projets réalistes pour remédier aux problèmes qui ont conduit à la situation actuelle. Les plans qui nous ont été présentés ne permettent pas de conclure positivement à ce stade. Un examen approfondi est donc nécessaire", a déclaré dans un communiqué la commissaire à la Concurrence, Neelie Kroes.

"Cependant, la Commission considère à ce stade que la garantie nécessaire à la vente de FSA (Financial Security Assurance, la filiale de Dexia qui a été l'origine de ses déboires en 2008) peut être autorisée dès maintenant", ajoute Mme Kroes.

Le plan de sauvetage de Dexia échafaudé en septembre 2008 comprend une recapitalisation de 6,4 milliards d'euros et une garantie pouvant s'élever jusqu'à 150 milliards d'euros octroyée conjointement par la Belgique, la France et le Luxembourg.