Le tribunal d'arbitrage de Moscou a prononcé mardi la liquidation de Ioukos, ex-numéro un du pétrole russe, jugeant le groupe insolvable après une série de redressements fiscaux.

La Cour «reconnaît la cessation de paiements et lance une procédure de liquidation judiciaire», a déclaré le juge Pavel Markov après moins d'un quart d'heure de délibérations. Le juge a précisé que la procédure de liquidation devait durer un an, et a nommé Edouard Rebgoun, actuel administrateur judiciaire de la compagnie, liquidateur du groupe. A la sortie du tribunal M.Rebgoun a précisé que «tous les actifs de la compagnie» seraient vendus, ne laissant aucun doute sur la future disparition de Ioukos.

«C'est la peine de mort pour la compagnie», a déclaré l'une des avocates de Ioukos, Drew Holiner. «Il n'y a aucun doute que tous les actifs seront vendus et à un prix plus bas que celui du marché», a-t-elle ajouté, précisant que la direction du groupe allait faire appel de cette décision. «Toutes les actions qui ont mené à cette faillite ont déjà été contestées devant la Cour européenne des droits de l'homme», a-t-elle rappelé.

Le 25 juillet, les créanciers du groupe, dont le fisc russe, avaient déjà voté à une majorité écrasante contre le plan de sauvetage présenté par la direction, et pour la mise en liquidation de la compagnie. L'administrateur judiciaire avait alors jugé que la valeur des actifs du groupe étant inférieure à ses dettes de plus de 18 milliards de dollars, Ioukos était de facto en cessation de paiements, ce que conteste la direction du groupe. Les analystes estiment les actifs du groupe autour de 30 milliards de dollars, alors que la compagnie continue à extraire près d'un demi-million de barils de brut par jour.

Ioukos a entamé sa descente aux enfers en 2003 avec des redressements fiscaux massifs et une vaste offensive judiciaire considérée comme orchestrée par le Kremlin contre ses propriétaires, à commencer par son PDG, Mikhaïl Khodorkovski.

© La Libre Belgique 2006