Cet incitant à bien fonctionné à en croire SD Worx. Lors du troisième trimestre (juillet-septembre), le prestataire observe une augmentation du recours à la mesure. “Un rattrapage remarquable” pour le prestataire, en comparaison avec les chiffres du second trimestre marqué par un coup d’arrêt infligé par la crise du Covid-19. A ce rythme, les chiffres seront équivalents à ceux de septembre 2019 malgré la baisse enregistrée en avril et mars. Pour SD Worx, c’est la preuve que cet incitant fonctionne.

Mode d’emploi

Dans le cadre du tax shift, “la réduction groupe cible premiers engagements” est instauré au niveau fédéral. Concrètement, cette mesure a pour objectif d’inciter les nouveaux employeurs à engager leur premier travailleur. Comment ? En leur proposant une exonération complète des cotisation patronales de base. Un avantage illimité dans le temps.

Cette mesure séduit les nouveaux entrepreneurs, surtout en cette période économique compliquée. Selon SD Worx, elle leur permet tout de même d’économiser 25 % sur le salaire total de leur premier employé.

Même si une publication au moniteur belge doit encore être faite, le gouvernement a déjà annoncé prolonger cette mesure jusqu’en décembre 2021. “C’est une bonne nouvelle pour les entrepreneurs qui ont dû freiner des quatre fers – parfois obligatoirement – en raison du Covid-19. Ils pourront rapidement reprendre leurs projets de croissance en 2021. Après tout, le recrutement du premier travailleur est une étape importante dans la vie d’une entreprise", estime Xavier Schreuders expert chez SD Worx.

L’inconnue de la seconde vague

Même si “un rattrapage remarquable” est observé lors de la fin de la première vague du Covid-19, rien ne prédit une telle issue à la fin de la seconde. Xavier Schreuders préfère rester prudent : “Chaque année, l'afflux le plus important se produit au quatrième trimestre. Mais il est possible que la deuxième vague vienne tempérer les projets des entrepreneurs, en particulier dans les secteurs qui sont actuellement fermés, comme l’horeca ou les magasins non essentiels.” Ce deuxième confinement est donc le grand test pour vérifier le pouvoir d’attraction de cette mesure incitative.