L'indien Tata s'offre Jaguar et Land Rover

L'indien Tata s'offre Jaguar et Land Rover
© AP

Entreprises & Start-up

Monique Baus

Publié le - Mis à jour le

Nous avons été très bien informés, tant sur la position de l'importateur que sur la situation des concessionnaires", rassure Isabelle Michiels, porte-parole de Jaguar-Land Rover Benelux. "Aucune inquiétude ni aucun étonnement n'a donc accueilli, ce mercredi, l'annonce du rachat de Jaguar et Land Rover par Tata Motors que l'on pressentait depuis un moment." Une quarantaine de personnes travaillent actuellement au siège belge de l'importateur et l'on compte, pour la Belgique et le Luxembourg, 27 concessions Land Rover et 21 concessions Jaguar. "A priori, ce changement ne modifiera rien en Belgique, la stratégie et les partenaires resteront identiques."

L'annonce du jour n'a rien d'une surprise. En janvier déjà, le groupe Ford, qui avait fait connaître son intention de vendre les deux célèbres marques britanniques, avait désigné Tata Motors comme son acheteur favori. L'Américain avait racheté Jaguar en 1989 pour 1,6 milliard de livres (environ 3,2 milliards de dollars actuels) puis Land Rover en 2000, pour 1,7 milliard de livres (3,4 milliards de dollars actuels). Montant de la revente à Tata : 2,3 milliards de dollars. L'accord intervenu entre les deux protagonistes concerne "l'acquisition des marques, usines et droits de propriété intellectuels".

Par cette transaction, le "monstre" indien (lire encadré ci-contre) se propulse dans le segment, totalement inconnu de lui à ce jour, des voitures de luxe. Il effectue également une nouvelle percée très remarquée en Grande-Bretagne, après l'acquisition du producteur anglo-néerlandais d'acier Corus en 2007 et celle, plus ancienne (en 2000) du spécialiste anglais du thé, Tetley.

De son côté, Ford contribuera à hauteur de 600 millions de dollars au financement des fonds de retraite de ses ex-filiales anglaises. Il continuera également à fournir aux deux marques des éléments de moteur et d'autres composants, ainsi que des transferts technologiques.

Pourquoi Ford a-t-il vendu ? En difficulté, l'Américain (qui possède aussi encore Volvo... pour le moment ?) souhaite "se concentrer sur l'intégration mondiale de sa marque afin de dégager une croissance rentable pour tous", répond Alan Mulally, son PDG.

Et pourquoi Tata a-t-il acheté ? "La reprise de Jaguar et Land Rover intervient au bon moment pour lui", estiment les analystes, même si les ventes de voitures haut de gamme enregistrent un certain ralentissement. "Les investissements de Ford commencent à porter leurs fruits : Land Rover a renoué avec les bénéfices, et Jaguar pourrait bientôt revenir dans le vert également."

Le grand groupe indien a surtout besoin de nouvelles technologies pour résister aux concurrents étrangers (GM et Renault) qui misent eux aussi sur le marché indien en plein essor. Et pour contrer ceux qui, comme lui avec sa Nano (la voiture la moins chère), se livrent une concurrence farouche pour produire des voitures à meilleur marché.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous