à Londres

Les mauvaises langues affirment que la société californienne Apple est une sorte de secte : il est vrai qu'à chacune des apparitions du "gourou" Steve Jobs - le cofondateur et patron de la marque à la pomme -, ses adeptes l'applaudissent comme une vraie rock star. Résultat : ce qui ne serait qu'une banale conférence de presse chez n'importe quel autre fabricant informatique se transforme en un véritable "event" dès qu'il s'agit d'Apple.

Cela a encore été le cas ce mercredi soir, à l'occasion de la présentation simultanée à San Francisco et à Londres de toute une gamme de nouveaux iPod.

Steve Jobs le sait mieux que quiconque : c'est avant tout le succès phénoménal de l'iPod - 110 millions d'exemplaires du baladeur numérique ont été vendus à ce jour - qui a permis à Apple de redevenir une des sociétés les plus admirées et les plus respectées au monde. Une des plus copiées aussi, tout le monde rêvant aujourd'hui de reproduire le succès de l'iPod, de Nokia à Sony en passant par Microsoft.

Wi-Fi intégré

D'où l'importance pour Apple de continuer à innover, histoire de rester toujours un pas en avant sur ses concurrents. "Pour un produit comme l'iPod, ce sont les fêtes de fin d'année qui constituent le moment le plus important de l'année au niveau des ventes. C'est pour cette raison que nous lançons notre nouvelle gamme maintenant, histoire d'être fin prêts pour cette période cruciale", dit Steve Jobs.

Tous les iPod ont été revus et corrigés : de nouvelles couleurs pour l'iPod Shuffle (vendu à 79 €), une nouvelle forme, un écran plus large, des vidéos et des jeux pour l'iPod Nano (149 € pour le modèle 4 Gigaoctets et 199 € pour le 8 Go), un look plus métallique et beaucoup plus de mémoire pour l'iPod Classic (249 € pour 80 Go, 349 € pour 160 Go).

Mais le clou du spectacle de mercredi, c'était la présentation de l'iPod Touch, un nouvel iPod qui s'inspire du look et des fonctionnalités de l'iPhone, le téléphone-baladeur présenté il y a quelques mois par Apple et qui fait un tabac aux Etats-Unis en attendant sa sortie européenne dans les mois à venir. Mercredi, Steve Jobs n'a donné aucun détail supplémentaire sur le timing de cette sortie.

Doté d'un grand écran tactile, l'iPod Touch intègre directement Google et YouTube, et il est équipé d'une antenne Wi-Fi et d'un navigateur Internet, ce qui en fait un vrai ordinateur de poche. Pour accompagner sa sortie, prévue dans le monde entier dans les semaines à venir (y compris donc en Belgique), Apple a également créé une nouvelle fonctionnalité qui permet d'aller sur l'iTunes Music Store à partir de son iPod et d'y acheter directement des chansons, via Wi-Fi.

"D'autres fabricants ont essayé sans succès d'intégrer une fonction Wi-Fi. Nous avons analysé les raisons de leur échec et nous avons créé un appareil plus facile à utiliser", dit Steve Jobs, en faisant clairement allusion à l'échec du Zune, le baladeur de son éternel rival Microsoft.

L'iPod Touch sera vendu en Belgique à 299 € (pour le modèle 8 Go) et 399 € (16 Go). Reste à voir s'il permettra à Apple de poursuivre l'incroyable succès de l'iPod, alors même que la société fait l'objet de critiques croissantes de la part de certains fournisseurs de contenus qui réclament une plus grosse part du gâteau, et que l'on parle de l'arrivée imminente d'un Google Phone pour contrer l'iPhone.