Vignettes, péages urbains et autoroutiers plus chers, c’est ce que conseille l’OCDE pour compenser les baisses de consommations en carburant.

Les voitures consomment moins d’essence, les véhicules électriques se développent, les citoyens cherchent des solutions vertes (comme le vélo ou la trottinette), le recours aux transports publics est favorisé autant que conseillé. Tout cela ne fait pas les affaires des États dont les rentrées inhérentes aux différents carburants automobiles vont en diminuant. Un phénomène qui devrait s’accentuer dans les décennies à venir…

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) s’est penchée sur le problème et s’est fendue d’un rapport qui ne va pas faire rire la plupart d’entre nous, autrement dit ceux qui recourent encore régulièrement à la voiture.

En effet, selon ce rapport, l’arrivée massive des voitures électriques implique un modèle économique totalement à revoir, surtout pour les États qui pratiquent une fiscalité élevée sur les carburants. Et l’on sait que c’est le cas pour notre pays (mais aussi pour plein d’autres au sein de la Communauté européenne !).

Dès lors , cette chère (dans tous les sens du terme !) OCDE, dans son rapport, incite ces États à anticiper la baisse de recettes fiscales sur les carburants en… augmentant les taxes sur l’usage des routes. Ce qui, en clair, signifie à terme une hausse significative des tarifs des péages sur les autoroutes qui en ont déjà (France, Italie, Espagne entre autres, sans parler des vignettes qui augmenteraient aussi), tout en installant des péages urbains (pour les centres villes) pour assurer des recettes publiques suffisantes.

Le rapport s’appuie sur une étude effectuée sur la Slovénie, et étend les conclusions de manière plus générale. "La simulation montre qu’une taxation modérée qui progresse doucement de 0,7 cts/km à 4,6 cts/km d’ici 2050 pourrait permettre de couvrir le déclin potentiel des recettes liées aux carburants. Un système basé sur la distance parcourue permettrait de taxer sur le nombre de kilomètres, plutôt qu’un système à vignette qui permet de rouler librement une fois la vignette acquise, comme en Slovénie."

Voila qui relancera chez nous le débat sur cette fameuse vignette…