Avec Nicolas Hieronimus, L'Oréal a, encore une fois, choisi la promotion en interne - et un visage qui ne s'inscrit pas dans la tendance à la féminisation et à la diversification des profils en cours dans le groupe.

M. Hieronimus, qui avait été nommé directeur général adjoint en 2017, va, à 57 ans, remplacer Jean-Paul Agon, l'actuel PDG, qui va atteindre la limite d'âge de 65 ans et doit donc quitter ses fonctions, même s'il restera président du conseil d'administration.

Le nouveau patron, fils d'un producteur de télévision - co-scénariste de certains épisodes des Shadoks - et d'une mère ingénieure dans le secteur aérospatial, n'a pas perdu de temps.

Bac en poche à 16 ans, il fait ensuite ses études à l'Essec, dont il sort diplômé en 1985, à 21 ans. Deux ans plus tard, Nicolas Hieronimus rejoint L'Oréal, et fait d'abord ses armes chez Garnier, où il développe la marque Fructis au vert fluo reconnaissable, s'inspirant des boissons vitaminées qui arrivent à cette époque dans le monde de la nuit.

Sa carrière va ensuite le mener dans plusieurs divisions et régions du monde. Au Royaume-Uni, puis au Mexique durant deux ans, où il découvre les enjeux d'un marché émergent.

S'ensuivent, à son retour en France, quelques années à la tête de la division des produits professionnels, pour les salons de coiffure, avant de diriger notamment L'Oréal Luxe, en 2011. Sous son impulsion, quatre marques de la division franchissent le seuil du milliard d'euros de chiffre d'affaires: Lancôme, Giorgio Armani, Kiehl's et Yves Saint Laurent.

Un compétiteur

Le père de deux enfants, fan de rock et d'électro française, arrive à la tête d'un groupe qui a réussi à résister à la crise du Covid-19.

L'an dernier, le bénéfice net a ainsi reculé de 5%, une baisse relativement limitée au regard du bouleversement qu'a représenté la pandémie. Si les ventes ont, elles, reculé de 6% environ, le retour dans le vert a été acté au premier trimestre, avec un rebond de plus de 5%.

Il y sera épaulé par Barbara Lavernos, la nouvelle directrice générale adjointe, qui le connaît depuis presque trente ans, et salue "un homme incroyablement rapide". "Il saisit l'air du temps, est ultra sachant, et connaît L'Oréal de la cave au grenier", explique-t-elle à l'AFP.

L'homme est aussi "un compétiteur", fidèle en amitié, dit-elle, avec lequel "il est assez facile d'imaginer un duo et une complémentarité", anticipe-t-elle. Même son de cloche chez Frédéric Messian, président de l'agence de design Lonsdale, un ami proche avec lequel il roule une centaine de kilomètres à vélo, tous les week-ends.

"Il a le goût de la compétition. Il a fait l'ascension du mont Ventoux, et a adoré car cela représente un vrai challenge", raconte-t-il.

"C'est un garçon qui aime bien être devant, qui aime bien donner la direction à la fois sur une bicyclette et dans une entreprise", ajoute-t-il. Une qualité qui pourrait s'avérer fort utile, au vu des évolutions croissantes dans le monde de la beauté, où les petites marques émergentes, les considérations environnementales et les besoins en produits personnalisés, viennent progressivement changer la donne