La Banque centrale européenne (BCE) a laissé jeudi son principal taux d'intérêt directeur inchangé à 2,25 pc à l'issue de sa réunion mensuelle de politique monétaire, a annoncé l'un des ses porte-parole.

Cette décision était largement attendue par les économistes et les marchés.

Les gardiens de l'euro avaient relevé les conditions du crédit d'un quart de point en décembre, leur premier geste après deux ans et demi de taux historiquement bas. La dernière hausse remontait à cinq ans.

Depuis, plusieurs poids-lourds de la BCE ont multiplié les mises en garde contre les risques d'inflation, soulignant la volonté de l'Institut d'agir rapidement sur les taux en cas de danger de surchauffe.

En décembre, l'inflation a continué à dépasser la limite absolue des 2 pc fixée par la BCE avec un taux de 2,2 pc en zone euro et les analystes attendent une nouvelle hausse à 2,4 pc en janvier.

Parallèlement, l'économie de la zone euro donne des signes de reprise, visibles surtout pour le moment dans les indicateurs de confiance industriels et privés.

Pour la majorité des économistes, la BCE devrait attendre de détenir d'autres chiffres plus tangibles, comme le produit intérieur brut de la zone euro au quatrième trimestre 2005 qui sera rendu public à la mi-février, avant de décider du prochain tour de vis.

Les analystes et le marché monétaire parient sur une remontée d'un quart de point à 2,50 pc en mars.

Le président de la BCE, le Français Jean-Claude Trichet doit tenir une conférence de presse pour détailler la décision du conseil des gouverneurs.