Sans surprise, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé jeudi d'augmenter d'un quart de point, à 3,50 pc, son principal taux directeur le hissant à son plus haut niveau depuis cinq ans.

Les taux qui encadrent le principal taux de refinancement sont relevés aussi de 0,25 point de pourcentage : le taux plancher ou de dépôt au jour le jour grimpe à 2,50 pc, et le taux plafond (prêt marginal au jour le jour) à 4,50 pc, a annoncé un porte-parole de l'institut à l'issue de la réunion de politique monétaire du conseil des gouverneurs.

Le président de la BCE Jean-Claude Trichet avait largement préparé le terrain à cette sixième hausse en l'espace d'un an, multipliant les mises en garde contre des risques de surchauffe inflationniste alors que l'économie de la zone euro confirme sa bonne forme. La BCE estime que ce nouveau niveau de 3,5 pc demeure bas, et que sa politique monétaire reste "accommodante". Selon Jean-Claude Trichet, "pour l'avenir, il est nécessaire d'agir avec fermeté et au moment opportun pour faire en sorte que la stabilité des prix sur le moyen terme soit assurée. Le Conseil va surveiller très attentivement tous les développements afin que les risques pour la stabilité des prix sur le moyen terme ne se matérialisent pas". La BCE a déjà utilisé ce type de formulation par le passé pour préparer les marchés à une nouvelle hausse des taux directeurs à un horizon de deux à trois mois, mais Jean-Claude Trichet a précisé qu'il serait faux de déduire de ses propos qu'ils annoncent un tour de vis en février.

Parallèlement à la nouvelle hausse de taux, la BCE a abaissé jeudi ses prévisions d'inflation et a relevé ses projections de croissance pour la zone euro en 2006 et 2007. Elle mise désormais sur une inflation de 2,2 pc cette année, contre 2,4 pc attendu en août, et de 2 pc pour 2007, contre 2,4 pc anticipé jusqu'à présent.

Selon les projections de la banque centrale, l'inflation restera au-dessus de son objectif de moyen terme d'une inflation proche mais en dessous de 2 pc.

L'institut monétaire a relevé dans le même temps ses prévisions de croissance pour cette année à 2,7 pc contre 2,5 pc, et à 2,2 pc pour 2007 contre 2,1 pc attendu jusqu'à présent. En 2008, la banque centrale attend une croissance de 2,3 pc et une inflation conforme à son objectif de moyen terme à 1,9 pc. (AFP)