Entreprises & Start-up

D'ici quelques semaines, la barre du million de Belges ayant reçu leur carte d'identité électronique sera franchie. Rien d'étonnant dès lors à ce qu'un nombre croissant d'entreprises développe des applications et des services compatibles avec cette nouvelle carte. «Il n'y a pas une semaine sans qu'on ne me parle d'un nouveau projet», explique le secrétaire d'Etat à l'informatisation de l'Etat Peter Vanvelthoven (SP.A). « Si je me base sur les demandes d'informations obtenues par mon cabinet, je dirais que plus de 300 entreprises planchent à l'heure actuelle sur des applications».

Le secrétaire d'Etat se réjouit surtout du fait que beaucoup de multinationales informatiques, Microsoft en tête, considèrent la Belgique comme un laboratoire grandeur nature en matière de cartes d'identité électroniques. «C'est une situation prometteuse pour l'avenir car elle permet de créer en Belgique un savoir-faire qui pourra, je l'espère, être exporté ensuite vers d'autres pays», dit Peter Vanvelthoven.

La filiale belge du géant californien Sun Microsystems en constitue un bon exemple. Ce mardi, elle a présenté une solution technique qui permettra d'utiliser aussi la carte d'identité électronique comme un moyen d'identification lorsqu'on accède à distance à des données informatiques sensibles, ou pour signer électroniquement certains courriers électroniques importants.

Mais il ne s'agit là que d'une application parmi d'autres. Chez Sun, on souligne que le fait que le gouvernement ait choisi des cartes équipées de la technologie Java devrait inspirer les développeurs de par le monde. Quelque 4,5 millions d'entre eux travaillent en effet avec cette technologie qui fut inventée par Sun à l'origine mais qui est aujourd'hui très «ouverte». «Plus de 4 milliards d'appareils dans le monde contiennent Java. Autrement dit, il n'y a plus de barrières technologiques à l'utilisation de la carte d'identité électronique», affirme Luc Opdebeeck, le directeur de Sun Belgique.

© La Libre Belgique 2005