La Belgique a perdu deux places au classement mondial des pays les plus attractifs pour les investissements privés et le capital-risque. Classé 14e en 2012, notre pays est désormais 16e de la dernière édition de l’index du Global Venture Capital Private Equity (VCPE), une étude à laquelle ont pris part 118 pays. " Ce recul est essentiellement dû à la croissance économique nulle des derniers mois et aux prévisions de faible croissance dans notre pays", explique le cabinet d’audit financier Ernst&Young qui a dévoilé ce classement.

Selon Ernst&Young, notre pays reste toutefois "bien classé" et dépasse même quelques "puissances économiques européennes", comme la France (19e), l’Espagne (27e) et l’Italie (31e). Le cabinet pointe différents atouts de la Belgique pour attirer les investisseurs étrangers : un bon niveau de formation de la population, un faible taux de corruption, un sens de l’innovation et de la Recherche et Développement des entreprises belges, ainsi qu’une certaine "facilité sur le plan administratif" de création ou de fermeture d’une entreprise. "L’environnement fiscal favorable aux participations et une bonne protection juridique des droits des investisseurs jouent également un rôle important".

Ernst& Young rappelle qu’à l’échelle mondiale, ce sont traditionnellement les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne qui sont en tête du classement, suivis par le Japon et Singapour. Des pays comme la Chine (24e) et l’Inde (29e) progressent chaque année. "Mais petit à petit, les investisseurs regardent au-delà des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), constate le cabinet d’audit. Les investisseurs privés s’intéressent également au Mexique, à l’Indonésie, aux Philippines, au Nigéria et à la Turquie."

"Toutefois, les économies émergentes ont encore beaucoup à faire pour convaincre pleinement les sociétés d’investissement de leur potentiel", conclut le cabinet d’audit.R.Meu.