Touchée par la crise économique, comme l'ensemble de la planète, la Belgique a attiré 192 projets d'investissements, en 2008, contre 240, en 2007, lesquels ont généré 6 700 emplois contre 10 058 un an plus tôt. La chute est impressionnante : 33 % contre 25 % pour la moyenne mondiale. Ce constat est formulé par les auteurs du rapport annuel "2009 Global Location Trends" d'IBM.

Alors que les plupart des investissements opérés en Belgique sont toujours le fait de groupes américains, allemands et néerlandais qui représentent les trois-quarts des emplois créés, on observe un glissement des secteurs de prédilection - technologies de la communication, sciences de la vie, recherche et développement - au profit de la métallurgie et de la chimie. La création de 1 300 emplois a été enregistrée dans le domaine de la chimie (+ 14 %); la métallurgie a, quant à elle, doublé le nombre d'emplois créés en 2007. En revanche, les investissements dans le secteur des services sont en net déclin. Même constat pour les activités pharmaceutiques. En termes d'investissements, la production et la logistique recueillent à eux deux 79 % de tous les investissements étrangers effectués en Belgique. Et ce, alors que toutes les activités voient leurs nombres de créations d'emplois chuter.

A l'échelle des régions, la Flandre est toujours en tête des créations d'emplois et des projets d'investissements étrangers en Belgique. En 2008, le nord du pays comptabilise 65 % des emplois générés par des investissements effectués au pays. Ceci dit, la tendance nationale de création d'emplois est en baisse, avec une chute de 26 % en Flandre, 33 % en Wallonie, et 67 % en Région Bruxelles-Capitale. Cette dernière observation confirme l'important déclin des investissements dans le secteur des services.

Pour ce qui est des chefs-lieux belges, Anvers peut se flatter d'enregistrer le plus grand nombre d'emplois créés en 2008. Il est suivi par Bruxelles, Gand, Mons et Charleroi.

Positionnée au 27e rang en 2007, la Belgique occupe désormais la trente-troisième place au classement mondial d'estimation de créations d'emplois. Notre pays passe de la quatorzième à la seizième place au classement européen en 2008.

Alors que 2008 fut une année mitigée en matière d'investissements étrangers en Belgique, le rapport indique sobrement que " la tendance a suivi celle de l'année 2007 ".

" Cette baisse spectaculaire prouve que la Belgique est sensible aux tendances cycliques mondiales, le ralentissement observé en 2007 et 2008 affectant les investissements étrangers dans le pays ", observe le rapport. En effet, la détérioration des perspectives économiques en 2008 et la diminution des investissements se sont poursuivies, ô combien ! Elles n'ont pas manqué d'affecter le niveau d'activité d'investissement. " Mais bien que la Belgique soit sensible aux tendances cycliques et à la baisse cyclique actuelle, il est encourageant de constater que le pays attire davantage d'investissements dans les activités et les secteurs clés axés sur la chimie/métallurgie ", soulignent les auteurs.

A noter que le rapport Global Location Trends est élaboré par Plant Location International (PLI), le centre d'excellence mondial d'IBM pour les stratégies en localisation mondiales basé en Belgique. Il a été dévoilé lundi, lors de la conférence annuelle de l'"International Economic Development Council", à Atlanta. Pour plus d'informations, on est invité à se référer au site www.ibm.com. Le rapport complet peut être obtenu chez IBM Belgique & Luxembourg, tél. : 02.225.21.11.

© La Libre Belgique 2009