La marque d'instruments de musique Fender est accusée au Royaume-Uni d'avoir manipulé les prix de vente en ligne.

Fender épinglée outre-Manche. La CMA, l'autorité de la concurrence britannique, accuse la légendaire marque d'avoir fait pression sur les distributeurs en ligne, afin qu'ils fassent grimper les prix des instruments au Royaume-Uni.

L'autorité compétente au Royaume-Uni explique, par voie de communiqué, que Fender aurait demandé à ses revendeurs d'augmenter les prix - ou de les maintenir à un certain niveau - entre 2013 et 2018.

La CMA, qui souligne que cette pratique de "maintien des prix de revente" est illégale, rappelle également que le marché des instruments de musique représente près de 49 millions d'euros chaque année au Royaume-Uni et que les prix des instruments vendus en ligne ont grimpé de 40%.

"Nous prenons ces allégations très au sérieux parce qu'elles enlèvent l'un des avantages du commerce en ligne, à savoir qu'il est plus facile de trouver rapidement le meilleur prix tous magasins confondus. Elle empêche les détaillants en ligne de vendre aux prix qu'ils veulent, ce qui entraîne une hausse des prix pour les clients", a résumé Ann Pope, directrice principale de l'Antitrust pour la CMA.

A l'heure actuelle, les conclusions de la CMA sont provisoires et aucune décision n'a encore été prise. L'autorité de la concurrence a annoncé qu'elle "examinera attentivement" les contre-arguments de Fender, qui a tout de même dû s'acquitter d'une première (petite) amende pour avoir dissimulé les informations relatives à cette enquête.