Il n’y a pas que les petits indépendants qui ne sont pas encore montés dans le train de l’e-commerce. Quelques géants sont aussi à la traîne, comme Action, qui a décidé d’accélérer son passage à l’e-commerce à la suite de la crise du coronavirus.

Durant le lockdown, Action a été contraint de fermer ses magasins et ses clients n’avaient donc aucune alternative pour effectuer leurs achats.

Cinq boutiques test

Le déploiement de l’e-commerce passe par une phase de test durant laquelle cinq magasins (Anvers, Deurne, Kontich, Mortsel et Wommelgem) permettent d’effectuer des achats en ligne, que le client peut ensuite venir chercher en magasin. Pour toute réservation effectuée avant 17 h, le retrait de la commande peut être effectué le lendemain dans le point de vente.

Seule une partie de l’assortiment est disponible, avec un montant de commande de minimum 15 €. Les frais de préparation (1 €) sont supprimés pour toute commande supérieure à 20 €.

Une première en Belgique qui fait suite à un essai similaire dans deux points de vente en France au début de l’année. Pour Action, le but est avant tout d’éviter une cessation complète de ses activités en cas de nouveau confinement.

"En cas de deuxième vague, cette forme d’e-commerce nous permettra de continuer à servir nos clients" , avait ainsi déclaré la chaîne.

Pour l’heure, Action n’a pas communiqué sur ses intentions de déployer davantage ce service en Belgique ou à l’étranger.