La discrimination dans les entreprises est interdite par la loi en Belgique et pourtant elle reste bien réelle. " Nos consultants sont parfois confrontés à des demandes discriminatoires, que ce soit vis-à-vis des allochtones, des personnes handicapés, des travailleurs plus âgés ou des femmes , explique Philippe Melis, manager social projects de Tempo-Team. On constate un manque d’ouverture à la diversité. C’est à mettre en rapport avec la perception qu’ont les employeurs vis-à-vis de certains travailleurs. Cette perception explique qu’ils ne sont pas enclins à les engager ."

Ce constat, Philippe Melis le fait notamment suite à l’enquête que Tempo-Team a réalisée auprès de 205 managers et 400 travailleurs. Seules 28 % des entreprises sondées ont déclaré occuper des moins valides, 37 % des demandeurs d’emploi de longue durée et 57 % des allochtones. " Ce qui contraste en général avec leur perception concernant les opportunités de recrutement ", note Philippe Melis. Ainsi l’enquête montre que seulement 19 % des employeurs estiment qu’il est difficile pour les allochtones de trouver un emploi. Les moins chanceux face au recrutement sont, selon les employeurs, les moins valides (41 %), les hommes de plus de 50 ans (47 %) et les femmes de plus de 50 ans (52 %). Les travailleurs sont, eux, plus pessimistes. Ils estiment également que ce sont les femmes de plus de 50 ans qui ont le moins de chance d’être recrutées, mais à 82 %. Les hommes de plus de 50 ans (77 %), les moins valides (72 %), les demandeurs d’emploi de longue durée (69 %) et les allochtones (53 %) sont aussi défavorisés quant à l’accès au marché du travail.

" Les perceptions des employeurs et des travailleurs sur les personnes issues de certains groupes sont en fait assez négatives ", note Philippe Melis. Ainsi, en ce qui concerne les allochtones, par exemple, moins de 30 % des sondés considèrent qu’ils sont loyaux envers leur entreprise, 25 % qu’ils sont suffisamment formés, 30 % qu’ils sont motivés et 25 % qu’ils font assez d’effort pour trouver du travail. Les jeunes ne sont pas beaucoup mieux cotés, seuls 20 % les jugeant correctement formés. Les personnes handicapées et les plus de 50 ans sont considérés comme les plus motivés (60 %).

Sensible au problème, Tempo-Team vient de lancer sa charte diversité et invite tous ses clients à y souscrire et à la respecter. " Le but est vraiment de travailler ensemble contre la discrimination. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir."