Le curateur désigné pour s'occuper du dossier de la chaîne de magasins Orchestra-Prémaman a officiellement déclaré l'entreprise en faillite jeudi. Toutefois, le propriétaire français de la chaîne, Pierre Mestre, seul candidat à une reprise de l'enseigne, relance les activités via la société Neworch.

Dix magasins sur les 19 que comptait la Belgique vont rester ouverts. Il s'agit des boutiques de Wavre, Zaventem, Drogenbos, Charleroi-Couillet, Gosselies, Rocourt, Boncelles, Marche-en-Famenne, Libramont et Anderlecht. "Ceux qui ont le plus de potentiel ont été conservés dans le plan de relance", commente la permanente syndicale CNE Myriam Djegham.

Quelque 120 employés vont garder leur emploi. Pour ceux qui travaillaient dans les neuf derniers magasins fermés ainsi qu'au siège social de l'entreprise et dont le poste a été supprimé, c'est le Fonds de fermeture des entreprises qui leur versera une indemnité, puisque Orchestra-Prémaman a fait faillite.

Le front commun syndical avait soutenu Pierre Mestre et son plan de relance mais les représentants du personnel restent prudents. "La CNE espère que les leçons de l'échec d'Orchestra-Prémaman auront été bien retenues et qu'on ne retombera pas dans les mêmes travers", déclare Myriam Djegham. "Avec ce dossier, nous avons appris que le droit belge permet à un entrepreneur en faillite de reprendre son entreprise, tout en effaçant l'ardoise. La CNE s'étonne de la pertinence de cette législation", ajoute-t-elle.