La cour d'appel d'Anvers doit encore statuer sur la demande de réorganisation judiciaire jugée irrecevable par le tribunal de l'entreprise début novembre. Les administrateurs provisoires Thierry Lammar et Kristin Van Hocht avaient 21 jours, à partir du 2 novembre, pour déterminer si Mega World remplissait les conditions pour être en faillite. "Nous devons constater qu'il n'y a pas d'autre option", confirme M. Van Hocht à Belga, ajoutant avoir lancé la procédure.

La faillite ne peut pas être prononcée pour le moment car l'enseigne fait appel de la décision du tribunal de l'entreprise de Malines de déclarer sa demande de réorganisation judiciaire irrecevable. Le juge l'avait alors estimée insuffisante et irréaliste: l'enseigne partait du principe que son chiffre d'affaires serait doublé. L'appel sera examiné à partir du 3 décembre.

"L'assignation n'aura aucun effet tant que la procédure en appel est en cours", déclare M. Van Hocht. "Ce n'est qu'après que le tribunal de l'entreprise de Malines pourra éventuellement déclarer la faillite."

L'assignation en faillite ne s'applique pas à Piocheur, la maison-mère de Mega World. Son cas est encore en cours d'examen.