L'épargne-carrière est un principe trop lourd à mettre en œuvre actuellement et les possibilités d'épargner des jours sont trop limitées. Telle est la conclusion de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) mardi, qui demande dès lors que ce système soit ajusté en conséquence.

L'épargne-carrière fait partie de la loi sur le travail faisable et maniable de 2017. 

Elle constitue en quelque sorte un assouplissement du droit de s'absenter au travail. 

Elle permet en effet d'offrir aux salariés la possibilité d'épargner, au cours de leur carrière, un crédit d'heures ou de jours et d'utiliser le solde épargné en temps voulu, tout en conservant leur salaire. 

Deux ans après son introduction, le système ne semble pas très populaire. "Les secteurs l'utilisent à peine", constate ainsi la FEB. Le système est trop lourd et les jours pouvant être économisés sont très limités, analyse l'organisation patronale. En conséquence, de nombreuses entreprises se demandent si le jeu en vaut la chandelle. La seule possibilité très limitée d'épargner des heures supplémentaires est un frein au système." 

La Fédération des entreprises de Belgique se dit en tous les cas favorable au principe mais demande que plusieurs adaptations y soient apportées afin de le rendre moins restrictif.