La Fed à la rescousse des marchés

Entreprises & Start-up

Ph.G.

Publié le

La Fed à la rescousse des marchés
© AP

Coup de théâtre dans la saga du "subprime" qui plombe les marchés financiers depuis plusieurs semaines. Vendredi, la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé qu'elle abaissait son taux d'escompte de 6,25 pc à 5,75 pc. Il ne s'agit pas du principal taux directeur de la banque centrale, celui des "Fed funds", qui reste quant à lui fixé à 5,25 pc. Le taux d'escompte est rarement utilisé puisqu'il permet de calculer la rémunération des prêts que la Fed octroie pour une seule journée aux banques qui se trouvent en difficulté. En outre, la Réserve fédérale a assoupli les conditions de ses prêts. Dans un communiqué publié vendredi, elle précise qu'elle a "décidé de modifier les pratiques habituelles et d'autoriser des opérations de financement à terme pour jusqu'à 30 jours."

La Fed a aussi exprimé son point de vue sur la récente chute des marchés boursiers, due à la crise du "subprime", le marché des prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis. "Les marchés financiers se sont détériorés et le resserrement des conditions de crédit ainsi que la hausse des incertitudes ont la capacité de freiner la croissance économique à l'avenir", a jugé l'institution de Washington dans un second communiqué publié vendredi. Par conséquent, "même si l'économie continue de croître à un rythme modéré", la Fed estime que "les risques pour la croissance se sont nettement accrus" et se dit prête "à agir en fonction des besoins pour atténuer les effets négatifs que les perturbations sur les marchés financiers pourraient avoir sur l'économie."

Ces déclarations et la baisse du taux d'escompte de la Fed ont provoqué un redressement sur les marchés financiers. En Europe, où une grande volatilité a dominé la matinée de vendredi, les indices boursiers ont clôturé sur des hausses d'environ 1 à 2 pc. A New York, Wall Street a ouvert en forte hausse, le Dow Jones bondissant de 2,22 pc, pour réduire ensuite son avance progressivement. La décision de la Fed, qui a par ailleurs injecté 6 milliards de dollars supplémentaires sur le marché, a aussi engendré pas mal de réactions. "C'est une mesure très positive de la Fed qui montre qu'elle prend le problème en mains", a indiqué Al Goldman, analyste chez A.G. Edwards. Toutefois, l'intervention de la banque centrale ne jugulera pas définitivement la crise qui affecte les Bourses mondiales. "Est-ce la fin ? Bien sûr que non. Mais cela va réduire les problèmes", a souligné Peter Cardillo, analyste chez Avalon Partners.

Hausse du principal taux ?

La prochaine étape, aux yeux des experts, serait une baisse du principal taux directeur de la Réserve fédérale. Une réduction de la rémunération des fonds fédéraux aurait des répercussions plus directes sur la consommation. La banque Lehman Brothers table désormais sur une baisse d'un demi-point de pourcentage du taux des "Fed funds" d'ici la fin de l'année, alors qu'elle pariait jusque-là sur le statu quo. Sa concurrente Goldman Sachs va plus loin, passant d'une prévision de taux inchangés à une baisse de 0,75 point de pourcentage d'ici décembre. Selon elle, la Fed devrait commencer par une baisse d'au moins un quart de point lors de sa réunion du 18 septembre, voire avant cette date.

Sur le marché des changes, la décision a fait baisser le dollar contre l'euro, les cambistes anticipant une réduction du loyer de l'argent aux Etats-Unis au mois de septembre, alors que la Banque centrale européenne a prévu de relever son taux de refinancement dans un peu plus de 15 jours.

(avec AFP)

© La Libre Belgique 2007

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous