La France, n°1 pour le skieur belge

Entreprises & Start-up

Anne Masset

Publié le

La France, n°1 pour le skieur belge
© EPA

Dossier

L'hiver est à nos portes. Ou, en tout cas, l'heure a plus que sonné de réserver son séjour à la montagne. Les tour-opérateurs, qui ont battu le rappel à coups de promotions diverses, enregistrent des réservations en hausse. Une tendance qui a son importance, comme l'attestent les données du Wes (West-Vlaams economisch studiebureau) relatives à la saison allant d'avril 2006 à mars 2007 (*): plus d'un Belge sur deux a fait appel à un intermédiaire pour organiser son séjour à la neige (52,2 pc) et, c'est à noter, plus d'un Belge sur quatre a réservé via Internet.

Vacances décalées

Où vont les Belges ? Selon le Wes, il y a eu 709 000 voyages belges pendant la dernière saison d'hiver et les skieurs belges ont d'abord été en France. Celle-ci compte 37,4 pc de parts de marché - prisée des francophones -, devant l'Autriche avec 29,5 pc - fort appréciée des Flamands -, loin devant l'Italie avec 12,4 pc - plus éloignée - et la Suisse avec 11,9 pc - plus chère. La France se retrouve donc largement leader avec, en tête, les Alpes du Nord bien sûr. C'est simple : un Belge sur quatre qui va aux sports d'hiver opte pour les Alpes du Nord. Cerise sur le gâteau cette année : ni les vacances belges de Carnaval (du 2 au 10 février 2008), ni celles de Pâques (du 22 mars au 6 avril) ne tombent en même temps que celles des Français. Ce qui implique une série d'avantages : tarifs moins élevés (à tous les niveaux), davantage de choix d'hébergements et moins de monde sur les pistes. Sachant que le Carnaval est la période la plus prisée par les Belges (26,4 pc), devant Pâques (23,5 pc), Noël (même période pour les Belges et les Français) et les séjours en dehors des vacances scolaires. "L'augmentation des réservations que nous connaissons est surtout due à la France qui se retrouve n°1, loin devant l'Autriche qui, elle, enregistre un statu quo, déclare Hans Vanhaelemeesch, porte-parole de Jetair. Il faut dire qu'en raison du décalage des vacances, les tarifs proposés sont environ 30 pc moins élevés que d'habitude." Un chiffre confirmé chez Neckermann.

Sur place, en France, la neige a fait son apparition courant novembre. "Un signal très positif, souligne Claude Pérignon, porte-parole de Thomas Cook, alors que l'an dernier, il n'y avait rien avant la mi-décembre." La neige incite les stations à ouvrir, même si ce n'est parfois que le week-end. Ainsi, par exemple, Val Thorens et Tignes ont lancé leur saison dès le 17 novembre, Avoriaz a ouvert le 24 et Val d'Isère, l'Alpe d'Huez et les 2 Alpes ont suivi le 1er décembre.

En France, les Belges semblent particulièrement apprécier les pistes de ski, au dire du Wes. "La France est le plus grand domaine skiable au monde, rappelle An Claeys, de la Maison de la France à Bruxelles. L'évaluation générale est positive même si l'accueil peut encore être amélioré." Il est préféré en Autriche, tout comme les remontées mécaniques et le transport sur place.

D'abord des familles

En outre, toujours d'après les chiffres du Wes, 79,1 pc des Belges qui ont été skier pendant la période concernée étaient flamands, 6,5 pc bruxellois et 14,4 pc wallons. "Nous ne disposons pas de chiffres précis, déclare An Claeys , mais, intuitivement, nous pensons quand même que la proportion est différente en France et en Autriche." Chez Thomas Cook, on nuance sérieusement : "La majorité est flamande mais nos chiffres sont plus équilibrés." "L'an dernier, les Flamands sont allés d'abord en Autriche et puis en France tandis que les francophones optaient pour la France et la Suisse, avec, au final, la France, n°1", ajoute Jetair.

Ceci dit, et fort logiquement, 57,7 pc des amateurs de sports d'hiver ont entre 18 et 54 ans et ce sont principalement des familles avec enfants (79,8 pc). La durée moyenne de leur séjour est de 6,4 nuitées et les mini-trips (trois nuits maximum) comptent pour près de 10 pc des cas.

Les skieurs résident majoritairement à l'hôtel (54,5 pc) ou louent appartement, villa-chalet ou studio (33,3 pc). "En Autriche, nous vendons de l'hôtellerie, dit Claude Pérignon, en Savoie, c'est plutôt de la location et en Suisse, c'est 50-50." Enfin, les skieurs arrivent sur les lieux en voiture (73,9 pc) plutôt qu'en autocar (20,2 pc, dont de nombreux étudiants), en train et en avion.

(*) Sur base d'un échantillon de 6 000 personnes interrogées à deux reprises.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous