George W. Bush a assuré samedi que son gouvernement avait été "clair et franc" sur la situation économique des Etats-Unis. "Nous avons vu venir le ralentissement économique, nous étions en première ligne au sujet de ces inquiétudes pour le peuple américain et nous avons pris des mesures cruciales", a affirmé le président dans son allocution radiophonique hebdomadaire. Il semblait répondre aux critiques des démocrates, qui l'accusent d'avoir une vision édulcorée et irréaliste de l'économie.

"Aucun revers temporaire ne peut retenir la plus puissante force de notre économie: la créativité du peuple américain", a lancé M. Bush. "Du fait de votre dur labeur et de votre dévouement, j'ai confiance, nous résisterons à cette période difficile et en sortirons plus forts que jamais."

Le président a rappelé qu'il avait obtenu l'aval du Congrès en février pour des remboursements d'impôts pouvant atteindre 600 dollars (388 euros) par personne et 1.200 dollars (776 euros) pour un couple et qui devraient profiter à plus de 130 millions de foyers. "Ce paquet (fiscal) va aider les familles américaines à augmenter leur pouvoir d'achat et à compenser les prix élevés que nous constatons à la pompe à essence et en épicerie", a estimé M. Bush.

Mais le député Andre Carson a répondu pour les démocrates que cela ne suffirait pas. "Nous savons que nous devons faire plus pour aider les travailleurs qui ont perdu leur emploi et les familles qui risquent de perdre leur maison", a-t-il lancé. "Les démocrates se battent pour une deuxième série de mesures de stimulation économique et travaillent dur pour parvenir à une législation globale sur le logement qui aidera davantage d'Américains à éviter la saisie et poursuivre le rêve américain", a-t-il ajouté.

Et de souligner, revenant sur le cinquième anniversaire jeudi de la déclaration du président Bush sur la "mission accomplie" en Irak, que "si on prenait même une fraction des milliards de dollars que nous avons dépensés en Irak et que nous les utilisions ici, chez nous, nous pourrions faire de réels progrès et aider notre pays à sortir de l'ornière économique".