Entreprises & Start-up
Les directions des deux distributeurs s’étaient données trois ans pour y arriver.

Le vendredi 22 juillet 2016, le titre Delhaize signait sa dernière cotation en solo. Le lundi 25 juillet, c’est avec Ahold que le distributeur belge se présentait. Ils s’étaient donnés trois ans pour entièrement finaliser leur fusion. Les résultats trimestriels (avril à juin) que le groupe a publiés mercredi sont donc, à ce titre, très symboliques. L’occasion, entre autres, de calculer le montant des synergies dégagées : 512 millions d’euros sur trois ans, légèrement supérieures aux 500 prévues alors.

Pour ce qui est des résultats trimestriels proprement dits, le groupe pointe un chiffre d’affaires de 16,3 milliards d’euros, en hausse de 1,5 % à taux de change constant. La grève de 11 jours – la plus importante qu’ont connue les États-Unis depuis 16 ans – qui a touché l’enseigne “Stop&Shop” (Nouvelle Angleterre) a eu un impact sur le chiffre d’affaires du groupe outre-Atlantique, qui n’a progressé que de 0,2 %, contrebalancé par la solide performance des autres marques, indique Ahold Delhaize, en particulier de Food Lion. Mais elle n’en aura plus dans les résultats du second semestre.

Le bénéfice net pour le second trimestre s’est établi à 334 millions d’euros, en baisse de 20,7 % à taux de change constants par rapport à la même période l’an dernier.

© DR

Ventes en ligne

Dans sa communication, le distributeur a aussi mis l’accent sur les ventes en ligne, qui représentent près de 5 % de son chiffre d’affaires global. Aux États-Unis, elles ont progressé de 29,2 % par rapport au 2e trimestre 2018. Aux Pays-Bas, portées par le site bol.com, elles ont même bondi de 34,4 %. À ce titre, la Belgique et le Luxembourg sont à la traîne, les ventes en ligne n’ayant progressé que de 16,2 % (pour dépasser, de peu, 1 % du chiffre d’affaires). Notamment du fait que le site bol.com n’a pas encore été traduit en français et n’est donc pas encore actif dans le sud du pays.

Au Belux justement, qui représente 7,9 % du chiffre d’affaires du groupe au 2e trimestre, contre 60 % aux États-Unis, 22,5 % aux Pays-Bas et 9,6 % dans les pays de l’Est, les ventes sont restées stables à 1,286 milliard d’euros (+0,1 %). Les concepts de proximité Proxy et Shop&Go fonctionnent bien selon Ahold Delhaize qui entend poursuivre l’ouverture de magasins au second semestre.