La guerre des lames est relancée

Entreprises & Start-up

A.Ma.

Publié le

La guerre des lames est relancée
© AP

La perfection au masculin. Le slogan publicitaire de Gillette est bien connu. Racheté fin 2005 par le géant Procter & Gamble pour 57 milliards de dollars, le fabricant de rasoirs mécaniques veut tenter de garder la main sur ce marché très juteux en lançant un nouveau rasoir à 5 lames, baptisé Fusion.

Celui-ci a été lancé en grande pompe ce lundi sur le marché belge puisque même l'Atomium était de la partie, arborant une dixième boule pour l'occasion. Un fameux coup de pub, qui s'explique par le fait que la concurrence menace.

Gillette, numéro un mondial du rasage manuel, détient certes 85 pc de parts de marché en Belgique, mais il fait face depuis trois ans au regain de forme de son rival Wilkinson, racheté en 2003 par Energizer, et qui a dégainé son Quattro en 2004. Un rasoir qui, comme son nom l'indique, compte... 4 lames. Jusque-là, Gillette misait sur son Mach3, lancé en 1998, et ses 3 lames. En attendant la sortie du Fusion, Gillette avait déjà riposté avec le M3Power, un rasoir à pile. Une innovation qui n'avait rien d'anodin dans la mesure où Procter & Gamble est également la maison mère de Duracell, le principal concurrent de... Energizer.

"Le Fusion n'est pas vraiment une réponse à Wilkinson", explique Kristien Laeveren, de chez P & G Belgium. "Tous les 10 ans environ, nous sortons une grande innovation. Nous misons sur des technologies très innovantes." Soit, en l'occurrence, "cinq lames à l'avant et une lame de précision à l'arrière".

Avec le Fusion, Gillette espère rencontrer le même succès qu'avec le Mach3, le rasoir qu'il a le plus vendu au monde. Lancé en février 2006 aux Etats-Unis, le Fusion a apparemment déjà convaincu les consommateurs outre-Atlantique puisque selon AC Nielsen, ce rasoir est le bien de consommation qui a remporté le plus grand succès parmi ceux introduits sur le marché américain l'an dernier.

Bonnes performances

La guerre des lames est aussi et avant tout une histoire de gros chiffres. Au premier trimestre de son exercice 2007 entamé en juillet 2006, Procter & Gamble a ainsi pu s'appuyer sur les bonnes performances de Gillette : les rasoirs du même nom ont compté pour 1,3 milliard de dollars - en hausse de 12 pc - sur un chiffre d'affaires total du groupe qui s'élevait à 18,8 milliards, avec un bénéfice avant impôts en hausse de 18 pc à 450 millions.

A noter qu'en Belgique, 96 pc des hommes se rasent, 59 pc utilisent des rasoirs à lames, 37 pc un rasoir électrique et 20 pc les deux systèmes.

© La Libre Belgique 2007

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous