Entreprises & Start-up

C’est, sans doute, une première dans le secteur aérien. Depuis ce mercredi, la compagnie Air India réserve dans ses avions trois rangées de sièges exclusivement aux femmes. Le but ? Eviter harcèlement et agression sexuelle en plein vol. Aucune charge supplémentaire n’est demandée pour ces six sièges réservés par avion. "En tant que compagnie nationale, nous nous devons de garantir un degré de confort à nos passagères, explique Meenakshi Malik, l’un des managers de la compagnie au quotidien "The Hindu". Or nous avons énormément de femmes qui voyagent seules sur nos avions." Jusqu’ici limitée aux trajets domestiques, la mesure pourrait s’étendre, dans les prochaines semaines, à l’ensemble des vols d’Air India.

Comment en est-on arrivé là ? La compagnie indienne aurait eu affaire à plusieurs cas d’injures ou d’attouchements sexuels ces derniers mois dans ses avions. La goutte d’eau étant survenue le mois dernier au cours d’un vol Mumbai-New York. Durant le trajet, un voyageur de la classe business est venu s’asseoir à côté d’une passagère, assoupie, de la classe économique pour "la tripoter", selon les termes du quotidien indien. La compagnie explique aussi avoir désormais, dans chacun de ses avions, des menottes pour calmer les ardeurs des passagers aux comportements "inadéquats".

Des équipages jugés trop gros

Selon différents rapports, l’Inde est "le pire pays du G20 pour être une femme" et les agressions sexuelles et les viols se sont multipliés ces dernières années. Dans certains métros, bus ou trains du pays, il existe des sections entières uniquement réservées à la gent féminine.

La mesure d’Air India fait toutefois débat. Un ancien directeur de la compagnie aérienne exprime ses doutes quant à son efficacité, expliquant que l’équipage était compétent à agir dans ce genre de situation. "A ma connaissance, cela n’arrive nulle part ailleurs. Les avions sont des lieux sûrs pour les passagères", explique-t-il dans la presse indienne. Une représentante de passagers dénonce, quant à elle, une "discrimination de genre". La compagnie indienne avait déjà fait parler d’elle en 2015, lorsque sa direction avait licencié plusieurs de ses hôtesses et stewards jugés trop gros. Et donc trop coûteux en kérosène pour Air India…