Pour Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos (ex-Fedis), "le dimanche d’ouverture des magasins avant les fêtes a été très décevant". En cause, la neige, bien sûr, qui a poussé les clients à se calfeutrer chez eux. "On a clairement vu les gens rentrer chez eux dès les premiers flocons", nous explique Dominique Michel. "Et le bilan est donc négatif alors qu’il faut savoir que certaines enseignes réalisent 30 % de leur chiffre d’affaires sur le dernier mois de l’année. On espère évidemment récupérer une partie du chiffre d’affaires perdu au cours de la semaine, mais le blocage des poids lourds sur les autoroutes est un autre facteur de problèmes puisque cela risque de compromettre une part des réapprovisionnements." Tous les secteurs ont été affectés ? "Oui, mais certains produits ont mieux résisté, comme les vêtements d’hiver, les bottes, le matériel de jardin spécifique comme les pelles à neige. A noter aussi dans le secteur électro, que si la clientèle a été moins importante que prévu, le niveau de dépenses moyen a été plus élevé. Ceci, notamment grâce à l’engouement pour les smartphones et les tablettes."

Un sentiment partagé par le Syndicat des Indépendants&des PME (SDI) qui, se basant sur des sondages, espérait que ce week-end, le dernier précédant les fêtes de fin d’année, allait générer un chiffre d’affaires record pour les commerces de produits de luxe et d’articles cadeaux. Mais ici, "les précipitations hivernales de ces dernières semaines ont constitué un frein aux achats anticipés d’un grand nombre de consommateurs. Et malheureusement, les chutes de neige de ce week-end ont contrecarré nos espoirs".

Très logiquement, explique encore le SDI, "les ouvertures de ce dimanche ont été plutôt profitables aux galeries couvertes". Le SDI note que dès la mi-journée ce dimanche, ces sites annonçaient une baisse de chiffre d’affaires de l’ordre de 10 à 15 % par rapport au même dimanche de 2009, les commerces de rue réalisant, eux, une chute pouvant aller jusque 20 % selon leur localisation ! Pour Dominique Michel, il faut encore retenir que les ventes se sont mieux tenues dans les grandes villes que dans les villes de province, compte tenu une fois encore des exceptionnelles difficultés de mobilité.

Enfin, si le système actuel des soldes est apparemment apprécié, selon Dominique Miche, et bien connu de tous, il faut noter que comme chaque année, des réfractaires à la loi se signalent. Des huissiers ont ainsi, à la demande des organisations d’indépendants Unizo et SNI, fait consigner samedi 1 100 articles dans les magasins de vêtements ZEB de Hal et de Merchtem. Les deux organisations n’acceptent pas la décision de la chaîne commerciale de ne pas respecter la législation sur les soldes en proposant dès à présent des articles en promotion. ZEB risque une astreinte de 10 000 euros par article. Vendredi, le tribunal de première instance de Courtrai a condamné ZEB à une amende de 10 000 euros pour infraction à la loi sur les soldes. La chaîne propose en effet des réductions - alors que l’on se trouve en période de présoldes - car elle estime la loi contraire à la législation européenne.

P.V.C.(avec Belga)