La Norvège a annoncé mardi qu'elle avait, pour des motifs d'éthique, retiré ses fonds du numéro un mondial américain de la distribution Wal-Mart. Le ministère des Finances précise dans un communiqué que la décision a été prise sur recommandation du Conseil consultatif sur l'éthique, chargé de contrôler la «moralité» des entreprises dans lesquelles le royaume place son immense fonds de pension public. «Dans la recommandation de se retirer de Wal-Mart, sont mises en évidence des violations graves et systématiques des Droits de l'homme et des droits des employés», peut-on lire.

Le gouvernement norvégien a également décidé de retirer ses fonds de la société américaine de production d'or et de cuivre Freeport, toujours sur recommandation du Conseil consultatif sur l'éthique. Ce choix est basé sur le constat «de sérieux dégâts environnementaux» causés par Freeport, note le ministère dans le communiqué.

Au 31 décembre 2005, environ 2,5 milliards de couronnes du fonds de pension étaient investis dans Wal-Mart et 116 millions dans Freeport. En janvier, le ministère des Finances avait demandé à la Banque centrale norvégienne, gestionnaire du fonds de pension, de vendre ses parts dans sept compagnies, parmi lesquelles le groupe français de haute technologie Safran, pour des motifs d'éthique.

Le fonds de pension public norvégien, anciennement «fonds pétrolier» parce qu'il recueille les importantes recettes pétrolières de l'Etat, est l'un des mieux dotés au monde: à la fin du 3 éme trimestre 2005, sa valeur atteignait 1 281,1 milliards de couronnes (161,4 milliards d'euros), ce qui confère à Oslo une force de frappe certaine pour encourager les entreprises à moraliser leurs activités.

© La Libre Belgique 2006