Selon cette étude, les investissements publicitaires se sont montés l'année dernière à 3,16 milliards d'euros, soit plus ou moins la même chose qu'en 2008, rapporte mardi le Standaard.

L'étude du CIM ne mesure toutefois que la pression publicitaire, c'est-à-dire les espaces publicitaires achetés et multipliés par le prix officiel qui est généralement demandé pour ceux-ci.

Elle ne tient dès lors pas compte des (parfois importantes) ristournes que les annonceurs ont pu négocier. Et en temps de crise comme l'année dernière, ces réductions ont été plus importantes que jamais.

Aucun chiffre sur les investissements publicitaires "nets" n'est disponible dans notre pays. Mais les chiffres "bruts" du CIM MDB donnent toutefois une idée des évolutions du marché.

Le fait que la pression publicitaire en 2009 fut stable en comparaison de 2008 est dû essentiellement à mouvement de rattrapage enregistré au mois de décembre.

Avec 338 millions d'euros, les investissements publicitaires furent ainsi ce mois-là 6% plus hauts qu'en novembre, et même 14% plus élevés qu'en décembre de l'année précédente.