La rentabilité des commerçants a été mise à mal au cours des 6 premiers mois de l'année, singulièrement dans le secteur du bricolage, de l'habillement et de l'électro, et ce dans un contexte de ralentissement de l'économie, selon l'enquête de conjoncture semestrielle de la FEDIS, la Fédération des entreprises de distribution.

Tous secteurs confondus, 48 pc des commerçants affirment avoir subi une baisse de leur rentabilité au 1er semestre, contre seulement 13 pc qui indiquent avoir vu leur rentabilité progresser. Au premier semestre 2007, 33 pc des commerçants faisaient encore état d'une amélioration de leur rentabilité et seulement 11 pc parlaient alors d'une diminution.

Ce sont les secteurs de l'habillement ("fashion"), du bricolage et de l'électro qui souffrent le plus d'une baisse de leur rentabilité, poursuit l'enquête de la FEDIS, l'électro connaissant surtout une forte pression sur les prix.

Au niveau des ventes, les secteurs vidéo (-5,8 pc à prix constants, c'est-à-dire hors inflation) et audio (-4,1 pc) ont particulièrement souffert de la prudence des consommateurs. Toujours à prix constants, le secteur du bricolage a subi lui aussi un ralentissement des ventes (-0,95 pc) en première partie d'année.

A l'inverse, les ventes de vêtements (+1,3% à prix constants), de chaussures (+3,7%) et d'électro (+3,4%) ont progressé au premier semestre. On notera en outre une remarquable augmentation des ventes de jeux informatiques ("games software"): +16,3% à prix constants.

"On assiste à un ralentissement mais, selon moi, on ne peut pas parler de crise", a résumé jeudi au cours d'une conférence de presse l'administrateur délégué de la FEDIS, Dominique Michel.

Quant au secteur de l'alimentation, il a écoulé à peu près les mêmes quantités de marchandises qu'au second semestre de l'année passée. Un résultat à mettre toutefois en perspective par rapport aux augmentations des ventes alimentaires enregistrées les quatre années précédentes.

En matière d'alimentation, la FEDIS remarque depuis quelques années un intérêt des consommateurs pour le commerce de proximité et pour le "hard discount" ainsi qu'une croissance forte des marques distributeurs en Belgique. "Les marques distributeurs ont plus que grappillé des parts de marché", relève encore M. Michel.

S'agissant des perspectives pour le second semestre 2008, elles ne sont guère brillantes puisque 45% des commerçants estiment que leur rentabilité va encore diminuer au cours des prochains mois. Le pessimisme est le plus marqué au sein des secteurs de l'habillement (fashion) et de l'électro et il se traduit également au niveau des perspectives d'investissements, en baisse.

Enfin, pour ce qui concerne l'emploi dans le commerce, la FEDIS table sur une stabilisation et ne s'attend pas à de grandes diminutions de personnel au cours des prochains mois. "On va continuer à engager mais de manière ralentie par rapport à ce qu'on a connu dans les années précédentes", a conclu Dominique Michel.