Fondée en 2009 sous le nom de Real Impact Analytics, Riaktr utilise l'intelligence artificielle et notamment le big data pour décloisonner les différents services et départements des entreprises, et assurer une meilleure coordination entre eux.

La scale-up bruxelloise vient d'annoncer son rachat par la société suédoise SDS. "C'est une excellente nouvelle pour Riaktr. Au cours des dernières années, Riaktr a développé deux produits (Sales & Distribution et Smart Capex, NdlR) qui sont maintenant matures et prêts à s'adapter à différents marchés. SDS est le partenaire idéal pour Riaktr afin de d'accéder à de nouvelles zones géographiques et d'accélérer notre croissance", commente Sébastien Leempoel, directeur général de la scale-up.

A noter qu'en 2016, un premier tour de financement avait eu lieu auprès des fonds de capital-risque Fortino Capital, Endeit Capital et Gimv, ce qui avait permis au Bruxellois de s'attaquer à une clientèle en Afrique et en Amérique latine.

Asie, Afrique et Moyen-Orient

SDS développe des logiciels spécialisés dans les services de paiement mobile pour les opérateurs de téléphonie, les distributeurs, les détaillants et les consommateurs. Elle a déjà une forte présence en Asie et au Moyen-Orient. L'acquisition devrait donc permettre à Riaktr d'étendre son marché à ces zones, mais également de se créer de nouvelles opportunités en Afrique en renforçant sa position de plateforme numérique pour les opérateurs de télécommunications.

Comme l'explique Tommy Eriksson, CEO de SDS : "SDS et Riaktr ont ensemble plus de 35 ans d'expérience en matière de développement, livraison et exploitation de systèmes à grande échelle, avec des activités opérationnelles dans plus de 60 pays".

"Les produits des deux sociétés sont très complémentaires, ce qui permet une intégration naturelle", complète et conclut Sébastien Leempoel. "Rejoindre SDS va permettre à l'équipe Riaktr de concrétiser notre vision ambitieuse qui consiste à fournir à chaque employé d'un opérateur de télécommunications des informations personnalisées et exploitables. Le bureau de Bruxelles deviendra notre centre d'excellence pour le big data et l'intelligence artificielle."