La SNCB et la SNCF créent une filiale

Entreprises & Start-up

Ph. Law.

Publié le

La SNCB et la SNCF créent une filiale
© BELGA

Marc Descheemaecker, l'administrateur délégué de la SNCB et Anne-Marie Idrac, présidente de la SNCF, ont porté mardi sur les fonts baptismaux une société momentanée, Sideros. Il s'agit de la dernière étape avant la création effective d'une filiale du même nom. Les deux partenaires ont présenté la future joint-venture comme un nouvel opérateur logistique, commissionnaire expéditeur de transport et propriétaire de ses wagons au service des sidérurgistes européens. "Nos activités logistiques doivent suivre nos partenaires dans leur recherche de la dimension : les contours de ces derniers dépassent aujourd'hui les frontières nationales", a indiqué Marc Descheemaecker. Filiale à 50 pc des deux entreprises ferroviaires, Sideros verra officiellement le jour dans le courant de cette année, après le feu vert des autorités européennes de la concurrence et l'approbation des différentes autorités nationales. "Notre objectif est de répondre aux besoins du client qui demande une gamme complète de services avec un niveau élevé de prestation et a des exigences accrues de qualité et de prix", a renchéri Anne-Marie Idrac. Sideros devrait aussi permettre aux partenaires de lutter contre la concurrence qui a vu l'arrivée sur les rails nationaux de nouveaux opérateurs (Trainsport, DLC, Rail4Chem, etc.).

Les deux partenaires transféreront à Sideros les clients sidérurgiques de leurs filiales respectives, B-Cargo pour la SNCB et SNCF fret pour les chemins de fer français. Ceux-ci représentent environ 20 pc du total des activités de la SNCF avec un chiffre d'affaires d'environ 334 millions d'euros en 2005. La même année, B-Cargo a, lui, réalisé un chiffre d'affaires de 112 millions d'euros (sur un total de 333,6 millions d'euros) pour ses activités de transport et de logistique pour le secteur sidérurgique. "Notre ambition est que Sideros réalise près de 3 000 envois par jour (minerai de fer, ferrailles, produits sidérurgiques) et affiche un chiffre d'affaires en augmentation de 10 à 15 pc pour atteindre environ 500 millions d'euros (hors filiales)", dit Marc Descheemaecker.

D'après Albert Counet, directeur général de B-Cargo, avec un parc de près de 15 000 wagons spécialisés, Sideros devrait être un important prestataire de services pour Arcelor Mittal.

100 agents, d'autres accords

Avec la mise en commun des services commerciaux et opérationnels, la SNCB et la SNCF prévoient de réaliser des gains de productivité grâce aux synergies, mais elles préfèrent ne pas en dévoiler le montant. Sideros fera appel à des sous-traitants pour répondre aux besoins de ses clients dans certains pays. Et devrait fonctionner avec 100 cheminots dont la moitié proviendra de B-Cargo. La filiale fret de la SNCB occupe 2 629 agents et sa part de marché dans le secteur sidérurgique est d'environ 40 pc. La SNCB avait déjà créé avec les chemins de fer français, luxembourgeois et suisses, une petite structure baptisée Sibelit et dont elle détient 42,5 pc des parts. Elle emploie 25 personnes (la SNCB y a détaché 14 agents) et s'occupe de la coordination des convois de fret entre Anvers et Bâle ainsi qu'entre Bettembourg et Bâle en passant par la France.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous