"Nous pourrions voir le contrat signé cette semaine", a déclaré M. Henderson lors d'une conférence de presse, ajoutant que General Motors montrait beaucoup de "diligence" dans ses relations avec ses partenaires pour finaliser l'opération.

M. Henderson s'exprimait dans le cadre d'une visite à la filiale sud-coréenne GM Daewoo. Le constructeur américain tente d'obtenir une rallonge des banques de 1.000 milliards de wons (885 millions de dollars) pour financer sa filiale en difficulté. Le journal allemand Handelsblatt, paru mardi, avait annoncé que le contrat de vente de Opel à l'équipementier canadien Magna, devait être signé jeudi.

La signature, initialement prévue mardi, a été repoussée de deux jours en raison de discussions avec les syndicats et de questions sur le financement de l'opération, a précisé le quotidien économique, citant des sources proches des négociations. Magna a été choisi le mois dernier par le constructeur américain pour reprendre, conjointement avec la banque russe Sberbank, 55% de sa filiale européenne en difficultés Opel. Celle-ci emploie 50.000 salariés en Allemagne, en Espagne, en Belgique, en Pologne et au Royaume-Uni sous sa marque Vauxhall.

Le financement du rachat fait l'objet de discussions difficiles à l'échelle européenne. Magna réclame 4,5 milliards d'euros de fonds publics pour mener à bien la transaction, une somme que l'Allemagne, qui avait accepté d'avancer des fonds, veut répartir entre tous les Etats européens concernés.

Le projet de vente d'Opel, assorti de milliers de suppressions d'emplois, a suscité des critiques de plusieurs pays européens, dont l'Espagne, qui accusent l'Allemagne d'avoir piloté l'opération avec des arrières pensées politiques plus qu'économiques.