Conscient des pertes financières sévères pour le secteur, et des risques réels de faillites, aggravées par l'arrêt total depuis plusieurs semaines de leurs activités, les autorités ont considéré "qu'il était disproportionné de maintenir cette obligation pour l'occupation du domaine publique", ont-elles précisé.