Le conseil d’administration de la Sogepa, le bras financier de la Région wallonne, a validé vendredi un investissement, strictement industriel précise-t-elle, de 100 millions d’euros dans NLMK Wallonie. Ce montant s’inscrit dans le plan stratégique 2019-2022 de NLMK Europe, pour lequel plus de 500 millions d’euros seront dégagés.

L’entreprise sidérurgique, filiale belge du groupe russe NLMK, a trois sites en Belgique : à La Louvière, Manage ainsi que Clabecq, où l’on a annoncé le 17 janvier qu’un emploi sur deux devrait être supprimé. L’investissement de la Sogepa ne servira ni à financer la restructuration ni à couvrir les pertes de Clabecq.

“Il vise à permettre la mise en œuvre d’un nouveau plan industriel ambitieux reposant sur quatre axes stratégiques : augmentation des volumes, modification du mix-produits vers des produits à plus haute valeur ajoutée, amélioration de l’efficacité opérationnelle et réduction des coûts fixes”, indique la Sogepa.

Intervention sur fonds propres

La Sogepa est un fonds d’investissement public wallon créé en 1984. Depuis 1999, elle gère le produit de la vente de Cockerill (jusqu’alors à l’actionnariat 100 % wallon) à Usinor.

Son cœur de métier, c’est d’investir principalement, sur fonds propres (comme ici pour NLMK), dans les entreprises sidérurgiques présentes en Wallonie. La Sogepa est ainsi actionnaire de NLMK Belgique à 49 %.

En 2013, elle prêtait 75 millions d’euros à ArcelorMittal pour pérenniser l’emploi dans le bassin liégeois et injectait 63 millions dans le JVD, cette ligne de revêtement de l’acier sous vide, une première mondiale inaugurée il y a pile deux ans. “Ces prêts nous rapportent 6 millions d’euros par an”, souligne la porte-parole de la Sogepa.

Outre ceux réalisés sur fonds propres (citons Thunder Power à Gosselies et la reconversion du site des Forges de Clabecq), la Sogepa gère des investissements sous forme de “missions déléguées”, c’est-à-dire via des montants provenant du budget wallon.

Les entreprises aidées sont actives dans de multiples secteurs. Le cas le plus récent date de jeudi : la société de construction T.Palm va bénéficier d’une enveloppe de 3 millions d’euros.

La Sogepa concède également des "fast tracks", des prêts de petits montants à des PME qui ont un besoin rapide de liquidités.