La mise en oeuvre d'un plan de relance économique à l'américaine n'est pas à l'ordre du jour dans la zone euro, a affirmé vendredi le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker, à l'issue d'une concertation avec les ministres des Finances des 15 pays de la zone.

"Nous avons exclu depuis des mois de lancer un plan de relance", a-t-il déclaré à la presse, alors que la reprise de la croissance américaine actuelle laisse penser que la politique de stimulus fiscal menée outre-atlantique rencontre un certain succès.

Face à l'ampleur de la crise économique, le gouvernement américain a accordé des rabais fiscaux aux ménages et aux entreprises pour une valeur d'environ 150 milliards de dollars en 2008.

M. Juncker a émis des doutes vendredi sur le succès de cette politique. "Je ne suis pas certain que le stimulus fiscal ait obtenu tous les résultats escomptés", a-t-il dit. "Je ne saurais pas vous dire combien de temps les effets bénéfiques vont perdurer", a-t-il ajouté. Selon le président de l'Eurogroupe, un plan similaire ne serait en outre pas approprié pour l'Europe, où "les mécanismes de transmission sont différents" et où l'expérience amère de la crise des années 1970 a amené les dirigeants à se montrer plus orthodoxe en matière fiscale.