Le trio formé par Royal Bank of Scotland, Santander et Fortis ont présenté une offre indicative de 24,5 milliards de dollars (18 milliards d'euros) sur LaSalle Bank, la filiale américaine d'ABN Amro, conditionnée à la reprise du reste du groupe néerlandais, a-t-on appris samedi de sources proches du dossier. Le trio va aussi présenter une offre d'environ 39 euros par action, incluant un dividende de 0,60 euro, pour l'ensemble d'ABN Amro, ont précisé les sources. Une telle proposition valoriserait le groupe autour de 72 milliards d'euros, ce qui en ferait le plus important rachat jamais tenté dans le secteur. L'action ABN Amro a clôturé vendredi à 36,70 euros.

L'offre de RBS et de ses alliés dépasserait celle, payable intégralement en titres, d'environ 66 milliards d'euros présentée par Barclays, qui prévoit la revente de LaSalle à Bank of America pour 21 milliards de dollars. Mais les offres du consortium sont soumises à un certain nombre de conditions, ont précisé les sources, à commencer par le lien établi entre le rachat de LaSalle et celui du reste d'ABN. L'offre sur ABN est aussi conditionnée à l'absence de toute poursuite judiciaire liée à la vente de LaSalle.

Or, Bank of America a intenté vendredi une action en justice à l'encontre d'ABN, réclamant une indemnisation et une interdiction par la justice d'une éventuelle revente de LaSalle à un autre investisseur.

Le financement de l'offre RBS-Santander-Fortis n'est pas encore bouclé, ont aussi expliqué les sources, et il pourrait ne pas l'être avant le quatrième trimestre, notamment parce que les actionnaires de Fortis seraient appelés à voter sur l'opération et sur une importante augmentation de capital. Environ 70 pc de l'offre seraient payables en numéraire, soit un montant d'environ 50 milliards d'euros. Ces modalités confirment que la bataille engagée pour le contrôle d'ABN Amro et celui de LaSalle devient de plus en plus complexe.

Les dirigeants de RBS, Santander et Fortis, ont eu des discussions avec ceux d'ABN vendredi et samedi pour mettre au point les modalités de leur contre-offre. Ces discussions devaient se poursuivre ce dimanche, a précisé une source. (Reuters)