© AP

Entreprises & Start-up

Le baril à 100 dollars, c'est fait !

Publié le - Mis à jour le

Les cours du pétrole et de l'or ont inscrit hier de nouveaux records. A New York, le pétrole a atteint pour la première fois de son histoire le cap des 100 dollars le baril, franchissant de quelques cents le record absolu de 99,29 dollars établi au mois de novembre dernier. La hausse des cours du brut s'explique par deux facteurs principaux : l'escalade des violences au Nigeria, premier producteur de brut africain, et la crainte d'une nouvelle chute des réserves américaines de brut.

Au moins 12 personnes ont été tuées pendant les festivités du Nouvel An à Port Harcourt, la "capitale" pétrolière du Nigeria, dans le sud du pays, a-t-on appris mercredi de source militaire. En outre, le rapport du département américain de l'Energie, qui sera publié ce jeudi, devrait annoncer un déclin de 3,15 millions de barils des réserves de brut lors de la semaine achevée le 28 décembre, estiment les analystes.

Dans la foulée du brut, le baril de Brent de la mer du Nord atteignait à Londres un nouveau record absolu à 98 dollars, avant de redescendre à 97,84 dollars vers 20 h 40 (heure belge).

L'or également au plus haut

Par ailleurs, suivant la courbe des prix du pétrole, l'once d'or a également pulvérisé son plus haut niveau historique datant de 1980 (850 dollars), en atteignant 860,10 dollars sur le London Bullion Market, un prix encore jamais vu. Le métal jaune jouit de son statut de bouclier traditionnel contre l'inflation et de son statut de valeur refuge dans un contexte de tensions géopolitiques fortes après l'assassinat de l'ex-Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto et dans le contexte de violences meurtrières au Kenya. Le métal jaune s'apprécie enfin aux dépens du dollar, dont le glissement continu face à l'euro est entretenu par la perspective d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt américains. (AFP)

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous