La CEO allemande de Brussels Airlines, Christina Foerster, a annoncé quitter ses fonctions au sein de Brussels Airlines.

Les chances sont grandes de voir un Belge succéder à l'Allemande démissionnaire Christina Foerster à la tête de Brussels Airlines. Dieter Vranckx, actuel directeur financier de la compagnie belge, est en pole position pour décrocher le poste de CEO, a-t-on appris au sein de l'entreprise, après la sortie du nom par le journal De Standaard. Le conseil d'administration de Brussels Airlines devrait se pencher sur la question cette semaine. Le co-président de Brussels Airlines Etienne Davignon avait indiqué mardi matin qu'un plan de succession existait et qu'un nouveau CEO serait dès lors rapidement nommé.

Aux yeux de la socialiste, Anita Van Hoof du BBTK/Setca, le directeur financier Dieter Vranckx semble la personne la plus adaptée pour succéder à l'Allemande. Un point de vue que partagent les autres syndicats. "Il inspire confiance", reconnait Filip Lemberechts du syndicat libéral ACVLB/CGSLB.

Un choix dans lequel se retrouveraient les trois syndicats. Pour Paul Buekenhout, "il semble la personne toute désignée puisqu'il connait la maison, tant celle de Brussels Airlines que celle de Lufthansa". "Au moins, nous le connaissons, il est belge et parfaitement bilingue", complète Anita Van Hoof.

L'homme semble aussi être une option logique pour les libéraux. "Si le capitaine s'en va, nous espérons qu'il ne va pas y avoir à nouveau quelqu'un pour changer de cap", illustre Filip Lemberechts. Cela ne semble pas être le cas avec Dieter Vranckx. "Il est l'architecte de 'Reboot'", le plan d'avenir de Brussels Airlines actuellement en négociations avec les syndicats, explique le syndicaliste, prédisant que l'intéressé "voudra continuer sur la même voie".

Toujours d'après l'ACLVB/CGSLB, l'actuel directeur financier (depuis mai 2018) jouit de la confiance des travailleurs. "Il a fait un bon parcours jusqu'à présent. Il est arrivé à Brussels Airlines à un moment difficile, quand il y avait une grève des pilotes, mais il a prouvé qu'il pouvait prendre les dossiers à bras le corps."

Le plan d'avenir "Reboot" devrait permettre à Brussels Airlines de générer une marge bénéficiaire d'au moins 8% d'ici 2022, en ce compris une économie de coûts de plus de 160 millions d'euros sur une base annuelle. La perte d'emploi serait compensée par un plan de départs volontaires. "Reboot" est actuellement en discussion avec les syndicats.

Dieter Vranckx est déjà très impliqué dans la mise en oeuvre de ce plan. Ce sont Christina Foerster et lui, en compagnie du directeur des ressources humaines Bert Van Rompaey, qui s'étaient d'ailleurs adressés à la presse début novembre pour détailler les objectifs du plan.

Le Belge a travaillé pour Sabena mais a rejoint Lufthansa après la faillite de 2001. En mai 2018, il a été nommé directeur financier - et également "directeur général adjoint" - de sa filiale Brussels Airlines.

A partir du 1er janvier, Christina Foerster sera à la tête du segment "customer & corporate" au sein de la compagnie Lufthansa, la maison-mère de Brussels Airlines.