Les voyageurs de la SNCB pourront bientôt acheter leurs billets de train dans certaines grandes surfaces. Mais ni le nombre d'enseignes concernées par cette collaboration, ni les termes de celle-ci ne sont précisés à l'heure actuelle, a-t-on appris mercredi auprès de la société des chemins de fer. «Nous sommes en train d'étudier la possibilité d'offrir cette alternative aux navetteurs, mais rien n'est encore décidé pour l'instant. Mon objectif est de pouvoir vendre des tickets dans des zones où nous n'avons pas de gares ou des guichets. Mais tout doucement, nous voulons gérer notre politique commerciale», confirme Marc Descheemaecker, administrateur délégué de l'opérateur SNCB.

L'expérience lancée en collaboration avec La Poste suit son cours. «Deux gares et trois bureaux de poste effectuent déjà, depuis mars, des tests de vente réciproque. Une première évaluation est prévue en juin mais il est probable qu'elle puisse s'étendre», précise Philippe Rigaux, porte-parole de la SNCB. D'après lui, les discussions pour la vente des tickets de train dans les grandes surfaces pourraient aboutir dans quelques mois, voire semaines.

L'Allemagne en avance

En Allemagne, la démarche est déjà une réalité. Depuis mardi, les 2600 magasins de l'enseigne Lidl vendent désormais des tickets de train de la Deutsche Bhan. Pour 49,90€, les voyageurs, clients de Lidl, peuvent acquérir deux allers simples de 2e classe. Contactée par Belga, la division belge du groupe a nié toute collaboration en l'état avec la SNCB, tout comme Delhaize et Carrefour.

Seule certitude, le personnel concerné suivra une formation à la vente des tickets comme ce fut le cas pour la dizaine de guichetiers de La Poste et de la SNCB participant au test de vente réciproque. Les gares de Kontich et Moustier-sur-Sambre proposent, en effet, depuis quelques mois des produits de La Poste aux navetteurs. En retour, trois bureaux de poste et des librairies proches des gares sans guichet vendent des billets de train.

En Allemagne, l'expérience fâche. La fédération des agences de voyage allemandes (DRV) veut bloquer, par la voie judiciaire, l'initiative qu'elle juge déloyale. Une agence de voyage possédant la licence Deutsche Bahn, qui lui permet de délivrer des billets de train, va intenter une procédure en référé pour mettre un terme à cette action commerciale, avec le soutien de la DRV.

© La Libre Belgique 2005