Le port anversois ne figure pas parmi les escales de l'Ever Given de la compagnie Evergreen. Ce porte-conteneur de 400 mètres de long et plus de 220.000 tonnes, qui s'est mis en travers du canal de Suez dans la nuit de mardi à mercredi au cours d'une tempête de sable, obstruant l'une des voies navigables les plus fréquentées du monde, devait s'arrêter à Rotterdam, Felixstowe, Hambourg, avant une nouvelle halte à Rotterdam et un retour en Extrême-Orient.

Les autorités portuaires anversoises craignent tout de même un impact. "Chaque jour d'immobilisation du paquebot, ce sont plusieurs navires supplémentaires qui doivent attendre. Une fois la voie libre, il y aura un pic de navires dans les ports d'Europe occidentale. Si le blocage se poursuit, cela pourrait avoir un gros impact sur la chaîne logistique mondiale."

"Certaines compagnies peuvent décider d'une autre voie maritime comme le cap de Bonne Espérance, ou de supprimer l'une ou l'autre escale", relève-t-on encore au port d'Anvers.

Si les autorités locales ne savent pas déterminer l'ampleur des conséquences, elles se disent confiantes dans la capacité des opérateurs présents à Anvers pour traiter ces retards. "Nos opérateurs de terminaux sont parmi les plus efficaces au monde et nous disposons d'une grande capacité de stockage. Cela nous a déjà aidés pendant la crise du coronavirus en nous permettant de maintenir les livraisons au consommateur."