ENTRETIEN

Le festival des profits continue. Après Total, BNP Paribas, Société générale, L'Oréal, qui ont atteint des sommets. Cette vague de profits sans précédent provoque un débat sur leur utilisation, les entreprises favorisant les actionnaires au détriment de l'investissement ou des salariés. Chef économiste de la banque Ixis et de la Caisse des dépôts, l'économiste Patrick Artus y voit le signe d'un «capitalisme sans projet».

Des profits élevés, n'est-ce pas une bonne nouvelle pour l'économie?

Non, parce que les entreprises ne les utilisent pas pour investir. Selon les dernières études de l'Insee, on n'observe aucune remontée de l'investissement. Aujourd'hui, on a un niveau de profit record qui est rendu à l'actionnaire sous forme de dividendes ou de rachats d'actions et qui ne va pas à des choses utiles.

Pourquoi ces profits ne servent-ils pas à investir?

La mondialisation génère ça, avec les délocalisations, la montée du chômage industriel. Elle affaiblit le pouvoir de négociation des salariés et fait disparaître les besoins d'investissement. Les entreprises n'ont pas besoin de capacités supplémentaires sur leur territoire, elles préfèrent les transférer dans les pays à bas salaires, où le coût des investissements est plus faible.

Le fond du problème, c'est le niveau de rendement, au moins 15 pc, demandé aux entreprises par les actionnaires. Avec de telles exigences, les grands groupes cotés n'ont plus la possibilité de faire des investissements normaux. C'est l'arrêt de la recherche, la renonciation à des projets à horizon long. La mondialisation fait croire un temps que ce type de rendement peut être obtenu. C'est un leurre. Quand le patron de Deutsche Bank se fixe pour objectif un taux de 25 pc, cela n'a plus aucun sens. Le capitalisme est en train de s'autodétruire avec ce genre d'exigence.

Comment changer cet état de fait ?

Une partie importante de l'exigence de rentabilité provient des fonds de pension anglo-saxons qui se font concurrence sur la base de performances mensuelles. Ce qui crée une surenchère dans la demande de rentabilité. Il faut donc convaincre les investisseurs d'introduire des objectifs de long terme dans la gestion de leurs fonds. Certains groupes résistent. Jean-Louis Beffa (pdg de Saint-Gobain, NdlR) ou Bertrand Collomb (patron de Lafarge, NdlR) ont réussi à faire comprendre à leurs investisseurs américains qu'ils pouvaient se contenter d'un rendement de 10 pc, dans leur intérêt à long terme. Il serait destructeur pour ces groupes d'aller chercher 20 pc. Ce sont ceux qui ont tenu bon qui auront raison.

Le niveau élevé des profits s'explique-t-il par la modération salariale ?

Oui, une moitié de la hausse des profits provient selon nos études de la déformation du partage des revenus, en faveur du capital et au détriment du travail. Nous assistons en France à un glissement depuis la mi-2003. En 2004, la productivité augmente de 1,8 pc, les salaires réels de 0,5 pc. Autrement dit, il y a 1,3 pc qui n'est pas donné aux salariés. L'autre moitié de la hausse des profits vient de la baisse des coûts engendrée par les délocalisations. C'est un cercle vicieux. Les profits ne sont pas investis. La masse salariale augmente à peine de 0,6 pc. Cela pénalise la demande intérieure, les créations d'emplois. Il faut rompre ce cercle.

Beaucoup réclament un meilleur partage des revenus en augmentant les salaires...

Ce n'est pas forcément la bonne méthode. Ce serait mettre en danger la compétitivité des entreprises françaises. De même, développer l'actionnariat salarié n'est pas suffisant. Cette solution écarterait les PME. En effet, seuls 15 pc des salariés de petites entreprises ont une participation.

Je préconise une autre solution pour parvenir à un partage plus correct des revenus: que les entreprises baissent leurs prix. En effet, les consommateurs ne bénéficient pas suffisamment du seul effet favorable de la mondialisation: l'accroissement du pouvoir d'achat. Beaucoup de secteurs souffrent d'un manque de concurrence.

© La Libre Belgique 2005