Entreprises & Start-up

L'administrateur délégué d'ING Belgique, Rik Vandenberghe, a indiqué mardi qu'il espérait pouvoir faire descendre le nombre de licenciements annoncé par le groupe bancaire lundi matin, au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire. ING a fait part de son intention de supprimer 3.500 équivalents temps plein (ETP), dont 1.700 par licenciements secs, d'ici la fin de 2021. "Nous avons mis sur la table un plan d'intention de transformation. Le chiffre de 3.500, c'est à partir du 1er janvier 2016. A la suite des départs naturels intervenus entretemps, on est à une réduction de 3.150 jusqu'à 2021. J'espère qu'un maximum (ndlr: de suppressions d'emplois) se fera par des départs naturels. J'ai parlé de 1.700 licenciements secs maximum, mais j'espère pouvoir le faire descendre. Pour cela il faut que l'on ait une discussion au plus vite avec les partenaires sociaux", a expliqué Rik Vandenberghe, interrogé mardi matin sur La Première (RTBF).

L'administrateur délégué d'ING a par ailleurs indiqué qu'il n'aurait pas utilisé les termes de "nouvelle excitante" utilisés dans un message envoyé il y a quelques jours par le CEO d'ING groupe, Ralph Hamers, peu avant l'annonce. "Je n'aurais pas dit cela et si cela a été dit, je m'en excuse à sa place. Il comprend très bien que c'est difficile pour nos collaborateurs qui font de l'excellent travail", a-t-il commenté.