La hausse du taux de chômage annoncée pour 2009 menace de faire dérailler encore davantage le budget. Selon des calculs de la rédaction du quotidien De Tijd, le déficit supplémentaire pourrait atteindre 1,2 milliard d'euros.

Le gouvernement fédéral estime actuellement qu'il y aura une augmentation limitée du taux de chômage de moins de 10.000 unités. Des économistes affirment pour leur part que le taux de chômage augmentera de 15.000 à 40.000 unités de plus que ce que le gouvernement d'Yves Leterme prévoit.

Selon l'One, ces chiffres sont prématurés. En janvier, des pronostics plus réels seront fournis. Ils pourront être intégrés dans le cadre du contrôle budgétaire, ajoute De Tijd.

La facture risque cependant d'être lourde. Une actualisation des comptes réalisée il y a plusieurs années par le Bureau du Plan, montrait que du point de vue macro-économique, un chômeur coûte 30.000 euros aux autorités. Même l'hypothèse la plus optimiste implique un déficit supplémentaire d'un petit demi milliard d'euros.

Si ce sont les plus pessimistes qui ont finalement raison, ce déficit grimpera jusqu'à 1,2 milliard d'euros.