Progression du chiffre d'affaires de 11,2 pc, gain de 20 000 clients au cours de l'hiver, accélération de la rentabilité opérationnelle loisirs, renforcement de la structure financière du groupe (avec les projets de cession de Jet Tours à Thomas Cook et de Club Med Gym au fonds 21 Centrale Partners) : Henri Giscard d'Estaing, PDG du Club Méditerranée, avait le sourire lors de l'annonce des résultats du premier semestre (clos fin avril) au village de Gregolimano, qui vient de rouvrir ses portes après une rénovation en village 4 tridents.

Seule ombre dans "Tous les bonheurs du monde" du Club, un résultat net dans le rouge à - 9 millions d'euros après un bénéfice net de 2 millions à pareille époque un an plus tôt. Le résultat s'explique, d'après les responsables, par l'impact de la finalisation de la montée en gamme, la saisonnalité des coûts immobiliers et le peu d'opérations sur le patrimoine au premier semestre (le contexte n'étant pas particulièrement favorable...).

"Le résultat sera positif sur l'année" , a aussitôt poursuivi le PDG, avec un Club Med "configuré pour la croissance" . Les réservations d'été sont "encourageantes à + 8,8 pc au 7 juin" et les réservations pour l'hiver prochain représentent déjà 18,3 pc des ventes de l'hiver dernier, contre + 6,7 pc l'an dernier à la même époque...

105 000 clients belges

L'année 2008 est une année charnière pour le groupe, celle de la finalisation de la montée en gamme, une stratégie initiée en 2004. Avec, concrètement, uniquement des villages 3, 4 et désormais 5 tridents comme c'est déjà le cas à la Plantation d'Albion à l'île Maurice et bientôt le cas pour le Club Med 2 et le Riad de Marrakech. D'autres rénovations sont encore prévues d'ici 2009 : passeront de 3 à 4 tridents, Punta Cana en République dominicaine, Lindeman en Australie, Sahoro au Japon, et seront rénovés sans monter en gamme, Bali et Bintan en Indonésie, Tignes Val Claret, Da Balaïa au Portugal et Djerba la Douce. Reste que la clientèle doit évidemment suivre cette évolution "du plus cher dans le moyen de gamme au plus accessible du haut de gamme" .

Dans l'ensemble, le Club a donc enregistré 606 000 clients pendant l'hiver 2006-2007 et 626 000 l'hiver dernier. La progression est plus forte pour les clients haut de gamme avec un gain de 36 000 clients dans les villages 4 et 5 tridents. L'hiver dernier, 54 pc des clients du Club ont séjourné dans de tels villages.

En Belgique, le deuxième marché du Club après la France, la "substitution de la clientèle se finalise" . Après une baisse de 101 000 clients à 100 000 entre 2004 et 2005, une stabilisation en 2006, la progression revenait en 2007 à 101 000 avant les 105 000 clients prévus cette année. Des clients qui étaient 14 pc à opter pour les 4 et 5 tridents en 2004 pour 33 pc l'an dernier et 35 pc prévus cette année. Même tendance en France. Autre élément positif : la croissance de la clientèle familiale à + 8 pc dont + 10 pc sur les 4 et 5 tridents.

L'euro fort, le dollar faible ? "Des données favorables pour le Club" , selon le directeur financier. L'environnement de consommation incertain ? Le Club, y répond, selon son patron, notamment par une offre tout compris, son approche des familles et son adaptation à l'évolution des habitudes de consommation avec l'encouragement à réserver tôt.

Quant aux leviers de croissance, le Club table sur ceux qui existent déjà : les villas, Internet, et de nouveaux marchés émetteurs comme l'Afrique du Sud et la Russie avec, dans chacun de ces pays, le projet d'y installer un village très haut de gamme. Enfin, le Club va ouvrir 5 nouveaux villages dans les 3 ans à venir au Brésil, en Egypte, en Sicile, à Oman et au Sénégal avec le premier village "nature" famille, un "village écologique intégré dans la faune et la flore" .