Si le choc est moins rude que pour les brasseries belges, qui ont perdu 45% de leurs volumes dans les cafés et restaurants, les producteurs d'eaux minérales et de boissons non alcoolisées ont également payé un lourd tribut à la crise pandémique, relève le quotidien.

De mars à début juin, six entreprises sur dix ont perdu jusqu'à 20% de leurs chiffres d'affaires, tandis que quatre sur dix y ont laissé plus de 20% de leurs revenus, selon l'enquête menée auprès de ses membres par la FIEB.

Comme le secteur enregistre un chiffre d'affaires global d'environ 2 milliards d'euros par an, on parle ici de quelque 100 millions d'euros de manque à gagner (20% sur 3 mois). Cela fait environ 200 millions de bouteilles d'eau d'un litre. Les Belges n'ont évidemment pas bu moins d'eau minérale, de soda ou de jus de fruits à domicile, mais ils ont moins consommé à l'extérieur vu que les mesures de confinement ont réduit les heures d'ouverture de l'horeca, des stations-service, des sandwicheries, annulé les festivals d'été, etc. Et le tarissement de ces canaux de distribution n'a pas été compensé par les ventes dans les supermarchés.

Le recul total des volumes sur les sept premiers mois de l'année serait de 7% à 89,9 millions d'euros, sur base de l'analyse de l'évolution des accises.